Covid-19: les professionnels de l’industrie hôtelière au Maroc tirent la sonnette d’alarme

Covid-19 au Maroc: les professionnels de l’industrie hôtelière tirent la sonnette d’alarme




Face à la recrudescence des cas d’infection au Covid-19 et les mesures draconiennes prises par les autorités compétentes pour freiner la pandémie, les professionnels de l’hôtellerie se sont dits « lourdement impactés ». Dans un communiqué, la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) tire la sonnette d’alarme pour ce marasme qui touche le secteur.




« Le tourisme au Maroc vit depuis 18 mois une situation catastrophique inédite marquée par un gel quasi-total des activités.

Le secteur de l’hébergement touristique a été lourdement impacté durant toute cette période obligeant plus de 75% des établissements hôteliers à la fermeture de leurs établissements », indique dans un communiqué, le président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière Lahcen Zelmat.

Et d’ajouter que « l’urgence sanitaire constitue certes une préoccupation nationale majeure qui passe avant tout, mais malgré toute cette bonne volonté et les sacrifices cumulés, les structures d’hébergement touristique regrettent que le gouvernement ne se soit pas mobilisé à leurs côtés pour les accompagner dans leur survie», peut-on lire dans le communiqué.




Par ailleurs, la Fédération nationale de l’industrie hôtelière explique que même l’indemnité Covid, dédiée aux employés, n’a toujours pas été confirmée pour les mois prochains.

Dans ce contexte, consciente des efforts inlassables du ministère du Tourisme pour débloquer la situation, de l’action ininterrompue de la Confédération Nationale du Tourisme (CNT) dans ce sens et de la vigilance du Comité de Veille Economique (CVE) pour accompagner les doléances légitimes des hôteliers, la Fédération Nationale de l‘Industrie Hôtelière « est dans l’obligation de relayer les S.O.S de survie de toutes ses Associations régionales.

Ceci afin de sensibiliser le gouvernement sur les conséquences économiques, sociales et financières inéluctables si ce long silence incompris perdure, et bien sûr trouver des solutions urgentes dans le contexte actuel », conclut la même source.