Algérie: le Maroc visé par de nouvelles accusations

Le Royaume du Maroc visé par de nouvelles accusations en Algérie




L’Algérie accuse le Royaume du Maroc d’avoir ouvert des centres d’entraînement au profit du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) dans le but de l’attaquer.

Une source digne de foi affirme que le Maroc a accueilli les membres du MAK classé comme « organisation terroriste » dans « des centres d’entraînement » ouverts depuis quelques mois et qu’il leur « a fourni toute la logistique nécessaire pour s’entraîner afin d’intervenir le temps voulu pour porter atteinte à l’Algérie », rapporte le site algérien La Patrie News.




Il s’agit des centres d’entrainement à El Ayoun, et Smara, précise la même source. « Ces centres […] sont gérés par les réseaux du renseignement du Makhzen, de France et de l’entité sioniste et l’organisation terroriste serbe, Otpor », fait-on savoir.

La semaine dernière, le Haut conseil de sécurité (HCS) avait, lors d’une réunion présidée par le chef de l’État algérien, Abdelmadjid Tebboune, accusé le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et le mouvement Rachad, classés comme « organisations terroristes » et considérés comme protégés du Maroc et d’Israël d’être les responsables des incendies meurtriers qui ont fait plus de 90 morts.




« Les actes belliqueux du Royaume du Maroc à l’endroit de l’Algérie nécessitent la reconsidération des relations entre les deux pays et le renforcement de la surveillance au niveau des frontières Ouest du pays ».

C’est ce qu’a indiqué un communiqué de la présidence de la République. Toujours dans la même semaine, l’armée algérienne a militarisé une partie de la frontière avec le Royaume du Maroc et déclaré l’état d’urgence exceptionnel, rapportait le site Algérie Patriotique, propriété de l’ancien ministre de la Défense Khaled Nizar.