Covid-19: les pharmacies ne peuvent plus vendre des tests de dépistage et de diagnostic

Covid-19: les pharmacies ne peuvent plus vendre des tests de dépistage et de diagnostic




Les pharmacies d’officines sont désormais écartées du circuit de dépistage Covid-19. Elles ne peuvent plus commercialiser les tests de dépistage et de diagnostic de l’infection par le SARS-CoV-2. Le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a diffusé, lundi 23 août 2021, une nouvelle décision relative aux tests de dépistage et de diagnostic du Covid-19 qui écarte les officines de la vente des tests rapides.




Selon ce document, seuls les laboratoires de biologie médicale, des secteurs public et privé, peuvent, à partir du lundi 23 août 2021, réaliser tout type d’examens biologiques de dépistage et de diagnostic de l’infection par le SARS-CoV-2, qu’ils soient de biologie moléculaire, antigéniques ou sérologiques.

Une décision prise, « conformément au cahier des charges fixant les exigences pour la réalisation des tests antigéniques et sérologiques rapides de dépistage et de diagnostic du Covid-19 ».

D’après ce même document, les autorités sanitaires régionales peuvent autoriser d’autres structures de soins privées à effectuer les tests antigéniques ou sérologiques rapides.




Elles peuvent autoriser d’autres structures de soins privées que ce soient des cliniques ou des cabinets médicaux.

Afin de garantir la qualité et la fiabilité des analyses, seuls les tests de dépistage et de diagnostic enregistrés et autorisés par le ministère de la Santé, conformément au circuit légal de fabrication, d’importation, de distribution et de vente, seront utilisés, explique le document.

Le ministre de la Santé appelle ainsi les structures de dépistages à ce que les examens biologiques soient accessibles aux citoyens en respectant la normalisation des prix des réactifs à usage de diagnostic in vitro et des tarifications des actes fixés par l’administration.     DOCUMENT – la décision du ministre de la Santé