Crise Algérie-Maroc: Israël récuse les accusations d’Alger

Crise Algérie-Maroc : Israël récuse les accusations d’Alger




Les déclarations du ministre israélien des Affaires étrangères lors de sa visite historique à Rabat constituent l’un des griefs pour lesquels l’Algérie dit avoir rompu ses relations diplomatiques. Israël rejette ces accusations et appelle Alger à «se focaliser» sur ses «problèmes» économiques.




Les «accusations» algériennes contre le Maroc et Israël qui ont abouti à la rupture des relations entre Rabat et Alger mardi sont « infondées et sans intérêt », a déclaré à l’AFP une source diplomatique israélienne.

Les déclarations du chef de la diplomatie israélienne lors de sa visite historique à Rabat font partie des griefs formulés par son homologue algérien Ramtane Lamamra pour justifier la rupture des relations avec le Maroc.

Yaïr Lapid s’était inquiété « au sujet du rôle joué par » l’Algérie « dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine. »




« Ce qui compte, ce sont les très bonnes relations entre Israël et le Maroc, illustrées » par la récente visite de Yaïr Lapid et « la coopération entre les deux pays pour le bien de leurs citoyens et de toute la région », a rétorqué la source diplomatique israélienne.

« Israël et le Maroc sont une partie importante d’un axe pragmatique et positif dans la région face à un axe qui va en sens inverse et qui inclut l’Iran et l’Algérie », explique-t-elle.

« Nous parlons aux Marocains tout le temps. […] L’Algérie devrait se focaliser sur l’ensemble des problèmes auxquels elle est confrontée, en particulier les problèmes économiques sérieux », a ajouté cette source sous couvert d’anonymat.