L’Algérie ne supporte pas la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël

L’Algérie ne supporte pas « l’alliance » du Maroc avec Israël




Le ministre algérien de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a réagi une fois de plus à l’accord de normalisation des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et Israël. Il a déclaré que son pays s’oppose à leur « alliance ».




« L’Algérie représentée par son peuple, ses institutions constitutionnelles et ses perspectives de développement fait l’objet d’une guerre réelle et systématique de plusieurs parties, au premier rang desquelles l’alliance maroco-sioniste. […]

Malheureusement pour les autorités de ces pays, elles ont trouvé devant elles un mur impénétrable de résistance et d’affrontement formé par une alliance innée et solide entre le peuple [algérien] et ses diverses institutions, qui se reflète dans les positions des Algériens sur les plateformes de médias sociaux ».

C’est ce qu’a déclaré Ammar Belhimer dans une interview au journal algérien Djalia.

Le responsable politique a par ailleurs appelé les médias algériens à jouer leur partition dans la cyberguerre visant l’Algérie.




Ceci en dénonçant les mensonges des ennemis et en déjouant leurs manœuvres à travers leurs productions.

En décembre dernier, le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad avait déclaré que le rapprochement entre le Royaume du Maroc et Israël et la reconnaissance américaine de la souveraineté du royaume sur le Sahara occidental sont des mesures visant « directement l’Algérie ».

« L’Algérie était visée par un climat d’instabilité régionale », avait-il affirmé. L’ancien président des États-Unis, Donald Trump avait signé, le 10 décembre 2020, un décret reconnaissant la marocanité du Sahara en échange de la normalisation des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et Israël.

L’Algérie n’a toujours pas digéré ces décisions.