Le Maroc aura sa propre agence spatiale

Le Maroc aura sa propre agence spatiale




Le Royaume du Maroc ambitionne de créer sa propre agence spatiale. Dans ce sens, Driss El-Hadani, directeur général du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS) s’est rendu à Abu Dhabi, où il a rencontré de hauts responsables des institutions intervenant dans le secteur spatial.




À la tête d’une délégation, Driss El-Hadani a rencontré à Abou Dhabi, Yousuf Hamad al-Shaibani, PDG du Centre spatial Mohammed bin Rashid (MBRSC), et Mohamed Nasser al-Ahbabi, patron de l’Agence spatiale aux Émirats, rapporte le site Atalayar.

À l’occasion, il s’est enquis du fonctionnement des deux institutions et a réfléchi sur les voies possibles pour créer un modèle similaire au Royaume du Maroc.

En d’autres termes, il est question de créer une agence spatiale marocaine. Pour réussir ce projet, le Royaume du Maroc pourra compter sur le soutien de la France et profiter des avancées émiraties dans le secteur spatial.




Au cours de cette visite, le directeur général du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS) a également œuvré pour le renforcement du partenariat industriel entre le Royaume du Maroc et les Émirats arabes unis.

Dans ce sens, il a ratifié la Charte fondamentale du Groupe arabe pour la coopération spatiale, une organisation régionale informelle créée en novembre 2019 sous l’impulsion de Cheikh Mohamed bin Rashid al-Maktoum, vice-président et premier ministre des Émirats et souverain de Dubaï.

Cette organisation vise à promouvoir et à coordonner la coopération dans le secteur spatial entre ses membres.




Les membres sont les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Algérie, le Bahreïn, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Maroc, la Mauritanie, Oman, le Soudan et la Tunisie. Ceci, à travers l’échange de techniciens, d’expériences et d’informations.

Le Maroc dispose de deux satellites espions électro-optiques en orbite à 620 kilomètres au-dessus du sol lancés dans l’espace en novembre 2017 et 2018 respectivement.

Le royaume utilise Mohammed VI-A et Mohammed VI-B, pour surveiller et contrôler ses frontières avec l’Espagne, l’Algérie et les murs érigés dans le désert du Sahara pour contrer les agissements du Polisario.