Casablanca: le milliardaire Anas Sefrioui devant la justice

Casablanca: le milliardaire Anas Sefrioui devant la justice




L’homme d’affaires, Anas Sefrioui et sa famille devront comparaître devant le tribunal de première instance de Casablanca, le 14 septembre. Cette convocation fait suite à la plainte déposée par EPC Maroc pour destruction sans sommation de ses locaux à Bouskoura.





Des ennuis judiciaires en perspective pour Anas Sefrioui et sa famille ? Anas Sefrioui et les membres de sa famille Saad Sefrioui, Kenza Sefrioui et Malik Sefrioui sont convoqués à comparaître devant la Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Casablanca le 14 septembre 2021.

EPC Maroc avait entre-temps intenté plusieurs actions en justice à l’encontre de la Société foncière Iskane suite à la destruction jugée abusive et sans sommation le 29 mars 2021 de ses locaux administratifs et commerciaux à Bouskoura.

L’entreprise avait également déposé le 8 juin courant une citation directe devant le tribunal correctionnel à l’encontre d’Anas Sefrioui, de Saad Sefrioui.




Mais aussi de Kenza Sefrioui et de Malik Sefrioui. Dans le cadre de cette dernière procédure, EPC Maroc réclame une indemnité provisionnelle à titre de dommages pour les préjudices subis de dix millions de dirhams en attendant la finalisation des travaux d’expertise et d’évaluation.

La première estimation partielle s’élève à 67 millions de dirhams, uniquement pour les pertes et vols matériels. Dans un communiqué, le PDG du groupe Addoha avait réagi à la plainte déposée contre lui et certains membres de sa famille.

«Contrairement aux allégations de EPC Maroc, la démolition par la société a été réalisée en conformité avec les procédures légales et réglementaires en vigueur et en présence des autorités compétentes. […]




La démolition entreprise le 29 mars 2021 a été réalisée en présence des autorités compétentes qui ont constaté, contrairement à ce que prétend EPC Maroc, que les locaux étaient vides et qu’il n’y avait ni biens meubles, ni personnes, ni installations industrielles ou installations administratives. Un huissier de justice en a pris acte», assurait le milliardaire Anas Sefrioui.

Le patron d’Addoha avait par ailleurs fait savoir que EPC Maroc avait signé deux protocoles d’accord avec Foncière Iskane pour la libération définitive du terrain en 2016 et 2017 et avait, par la suite, transféré son activité dans la circonscription de Machraa Ben Abbou dans la province de Settat.