Jack Lang donne son avis sur les élections au Maroc

Jack Lang se prononce sur les élections au Royaume du Maroc




Comme prévu, le Royaume du Maroc a organisé ce 8 septembre les élections législatives, communales et régionales. Pour le président de l’Institut du monde arabe (IMA), Jack Lang, ces élections « sont un exemple d’une démocratie pluraliste, assez unique en Afrique ».




« Ces élections renforcent le rayonnement du Maroc, son ancrage démocratique et son prestige international », a déclaré le président de l’Institut du monde arabe (IMA) Jack Lang, au lendemain des élections législatives, communales et régionales, précisant que « le Maroc allie solidité, stabilité et démocratie ». Il a d’ailleurs exprimé sa fierté pour le modèle que représente le royaume pour d’autres pays.

Profitant de la même occasion, Lang a félicité le président du Rassemblement des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, qui s’impose en première place avec 97 sièges. À l’en croire, le résultat de ces élections est « un bienfait pour les Marocains eux-mêmes et une très bonne nouvelle pour les partenaires européens du Royaume, dont la France ». De plus, le fort taux de participation, malgré la pandémie, est également un meilleur baromètre.




Il faut noter que, pour ces élections, le taux de participation est de 50,35 % au niveau national contre 43 % lors des législatives de 2016. Les meilleurs taux de participation ont été obtenus à Laâyoune-Sakia-El Hamra avec 66,94 %, Dakhla-Oued-Eddahab (58,30 %) et Guelmim-Oued Noun (63,76 %).

Le Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste) est le plus grand perdant de ces élections, chutant de 125 sièges à 12, derrière ses principaux concurrents que sont le Rassemblement national des indépendants (RNI), le Parti Authenticité et Modernité (PAM), tous deux de tendance libérale, et le Parti de l’Istiqlal (centre-droit), qui s’en sortent avec respectivement 97, 82 et 78 sièges sur 395 députés, a fait part le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit, dans un point presse.