Que devient Zacarias Moussaoui ?

Que devient Zacarias Moussaoui ?




20 ans après les attentats du 11 septembre, Zacarias Moussaoui reste placé à l’isolement dans la même prison très haute sécurité ADX de Florence (Colorado). Il est le seul Français accusé de terrorisme et condamné à perpétuité en 2006 aux États-Unis.




Zacarias Moussaoui, 53 ans, d’origine marocaine, se trouve toujours à l’isolement dans la même prison très haute sécurité ADX de Florence (Colorado), rapporte Le Parisien.

Selon son avocat François Roux, seul Français membre de l’équipe d’avocats qui l’avaient défendu, le terroriste n’a pas de liens avec sa famille. « Pas à ma connaissance », dit-il.

Celui-ci est resté en contact permanent avec la mère de Zacarias. « Aïcha el-Wafi a rencontré son fils à une ou deux reprises lorsqu’il était incarcéré en Virginie (de 2001 à 2006). Mais depuis, plus de nouvelles », confie l’avocat.

Le Français était parti aux États-Unis en début 2001 pour prendre des cours de pilotage d’avion.




Mais son désintérêt pour le décollage, l’atterrissage a nourri des soupçons sur ses réelles motivations.

Il sera arrêté avant le 11 septembre. La justice américaine l’avait condamné à la prison à perpétuité le 4 mai 2006 pour sa complicité dans les attentats.

Les enquêteurs avaient découvert qu’il recevait du financement de la part des membres de l’organisation des attaques.

2010 : confirmation de la peine de prison à perpétuité. Zacarias Moussaoui émet un recours sept ans plus tard pour dénoncer la « torture psychologique » dont il se dit victime en prison. 2020 : reniement de son serment d’allégeance à AlQaïda.




« Je dénonce, répudie Oussama ben Laden comme un idiot utile de la CIA et des Saoudiens.

Je proclame également sans équivoque mon opposition à toute action terroriste, attentat, propagande contre les États-Unis », écrit-il dans un courrier adressé au tribunal fédéral d’Alexandria (Virginie), dont The Guardian a obtenu une copie.

Depuis 2006, Aïcha el-Wafi fait tout pour faire revenir son fils en France. Elle compte sur l’aide de François Roux.

« C’est une voie que je n’ai jamais exclue. Il y a longtemps que je considère que ce serait mieux », concède le conseil, ajoutant que la mère du terroriste est « une femme qui s’est vraiment investie ».