Maroc-Espagne: la coopération anti-terroriste a été maintenue pendant la crise

Maroc-Espagne: la coopération anti-terroriste a été maintenue pendant la crise




L’Espagne et le Royaume du Maroc ont maintenu leur coopération dans la lutte antiterroriste au temps fort de la crise diplomatique ouverte en mai. Plusieurs arrestations de terroristes auraient été conjointement menées par les services de renseignement des deux pays pendant cette période critique.




En mai ou en juin, en pleine crise diplomatique, le Royaume du Maroc et l’Espagne auraient procédé à l’arrestation de terroristes, indiquent à El Confidencial des sources des services de renseignement espagnols.

Les deux pays ont maintenu leur coopération en matière de lutte contre le terrorisme pendant tous ces mois de crise, assurent les mêmes sources.

Elles rappellent que celle-ci s’est ouverte en avril avec l’accueil par l’Espagne du leader du Front séparatiste armé Polisario, Brahim Ghali, ce qui a provoqué la réaction du Royaume du Maroc qui aurait laissé entrer en masse des migrants dans la ville occupée de Ceuta en mai.

Il s’agit avant tout d’une question de sécurité, a déclaré un expert de la police.




Il a soutenu qu’aucun pays ne renoncerait à neutraliser une cible terroriste en raison d’une crise diplomatique.

« Il n’y a jamais eu de restrictions », indique une autre source qui admet que les deux opérations menées ces derniers jours et qui ont permis l’arrestation de terroristes grâce à la collaboration policière entre les deux pays, sont la suite logique de celles menées également avec succès pendant la crise.

Un refroidissement des relations a été toutefois noté en matière de formation, fait savoir le journal qui n’a pas enregistré de session de renforcement de capacités des policiers espagnols au Maroc pendant la période.

Mais au plan opérationnel et du renseignement, la collaboration est restée intacte, assure la même source.




Jeudi, un détenu de la prison de Saragosse s’en serait pris à d’autres détenus et aurait même menacé les autorités judiciaires de procéder à sa libération.

L’opération a été menée par des agents de la Brigade provinciale d’information de Saragosse, avec la collaboration de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) du Maroc.

Deux jours plus tôt, la DGST avait annoncé l’arrestation à Tanger d’un jihadiste marocain accusé d’avoir tenté de perpétrer des attentats terroristes contre des sites touristiques.

L’enquête a commencé fin 2020, lorsque la Commission générale d’information de la police nationale espagnole a détecté que ce terroriste faisait l’éloge des auteurs des dernières attaques terroristes perpétrées en Europe.