Maroc: des centaines d’arrestations pour falsification de documents sanitaires

Maroc: des centaines d’arrestations pour falsification de documents sanitaires




À la date du 10 septembre, 300 personnes ont été interpellées en flagrant délit de faux et usage de faux dans le cadre des opérations de lutte contre la falsification des documents sanitaires, démarrées depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire.




Les opérations menées par la DGSN ont porté sur la lutte contre les faux tests PCR, les faux pass vaccinaux et le trafic des kits de tests rapides du Covid-19.

Au total, 144 dossiers ont été traités lors des contrôles au niveau des postes-frontières (postes aériens et maritimes) lors des opérations de transit à destination et en provenance du Maroc, conduisant l’arrestation de 300 personnes.

Parmi elles, onze ont été arrêtées pour commercialisation de produits pharmaceutiques de contrebande (tests de dépistage principalement). S’agissant de la répartition des affaires par ville, il y a lieu de noter que la ville d’Agadir arrive en tête avec 68 affaires, suivie d’Oujda (34 affaires), Marrakech (12), Casablanca (10).




Et il y a une affaire dans chacune des villes de Rabat, de Kénitra, de Tanger, de Tétouan, d’Al Hoceïma, de Fès, de Béni Mellal, de Ouarzazate et de Laâyoune. Pour sa part, le ministère public avait adressé le 27 août dernier une circulaire aux procureurs généraux et aux procureurs du Roi à ce sujet.

Ainsi, la présidence du ministère public incite les autorités judiciaires à mener une action vigoureuse contre la fraude des documents sanitaires, vu le recours fréquent à ces pratiques.

La police judiciaire doit recourir à tous les moyens appropriés pour détecter les cas de fraude, à ouvrir des enquêtes en conséquence et à faire preuve de fermeté à l’encontre des personnes présumées impliquées dans ces affaires.