Maroc: des voix s’élèvent pour dénoncer les marges bénéficiaires des commerçants

Maroc: des voix s’élèvent pour dénoncer les marges bénéficiaires des commerçants




Riz, thé, huile de table, lait, café et pain à base de blé dur… la liste des produits dont les prix sont en hausse est très longue. Une situation qui serait imputable à l’évolution des cours mondiaux selon les spécialistes. Toutefois, des voix s’élèvent pour dénoncer les marges bénéficiaires des commerçants qui profitent de la situation pour faire grimper les prix.




Les ménages marocains continuent de faire face à une explosion des prix des produits de première nécessité.

C’est ce que révèle Les Inspirations ÉCO, soulignant que les tarifs se sont encore envolés ces derniers mois.

Une situation qui pourrait accentuer la grogne sociale, estime le quotidien dans un contexte marqué par les effets de la crise sanitaire et l’attente de la formation du prochain gouvernement.

Dénonçant la mauvaise foi de certains commerçants, les fédérations de consommateurs évoquent le timing de l’application de la loi de l’offre et la demande, pointant « l’importance des marges bénéficiaires de ces derniers, avec des ententes probables, préjudiciables à une concurrence loyale ».

Parallèlement, note le journal, cette surenchère est accompagnée d’une mauvaise qualité des produits ainsi que de la diminution de leurs poids, ce qui dénote de la malhonnêteté qui caractérise les pratiques commerciales adoptées, surtout pour la typologie des produits thé et café.

Justement, il soutient que le marché du café au Maroc manque de contrôle et nécessite l’adoption de normes.