Le réarmement du Maroc inquiète l’Espagne

Le réarmement du Maroc inquiète l’Espagne




L’acquisition par le Royaume du Maroc de drones turcs, de drones kamikazes israéliens et des avions de guerre américains, semble de plus en plus inquiéter l’Espagne.




Le réarmement du Maroc ferait-il peur à l’Espagne ? Avec les positions antagonistes des deux pays sur Ceuta et Melilla (et quelques îles) et le Sahara, la question mérite d’être posée.

Ces dernières années, le Royaume du Maroc s’est engagé dans une dynamique de modernisation et de renforcement de son armée.

Dans ce cadre, le royaume a acquis une multitude de drones de combat et de drones kamikazes auprès de la Turquie et de ses partenaires américains et israéliens.

L’année dernière, le gouvernement marocain a augmenté de 30% son budget pour la défense et n’a cessé d’acheter des armes, s’inquiète La Razón.

La Turquie a effectué fin septembre ses premières livraisons de drones de combat « Bayraktar TB2 » commandés par le Royaume du Maroc pour un peu plus de 59 millions d’euros.

Le Royaume du Maroc pourrait utiliser ces engins pour renforcer la surveillance au niveau de ses frontières.




Le royaume a aussi exprimé son intention d’acquérir auprès des États-Unis, quatre MQ-9B Sea Guardian et d’autres armes guidées de précision d’une valeur estimée à plus de 850 millions d’euros.

En plus des MQ, le Royaume du Maroc a acheté chez son partenaire américain, 24 hélicoptères d’attaque Apache AH-64 avec option.

Mais aussi 12 autres matériels connexes pour environ 3,73 milliards d’euros, des munitions diverses pour ses chasseurs F-16 pour un montant d’environ 878 millions d’euros, 25 chasseurs de combat F-16/D Block 72 pour 3,33 milliards, et 220 chars Abrams M1A1 pour 890 millions d’euros.

Depuis la reprise des relations diplomatiques avec Israël, sous l’égide des États-Unis, le Maroc a aussi acquis plusieurs drones kamikazes auprès la société israélienne IAI.

À l’évidence, le Maroc s’est lancé dans une course à l’armement avec l’Algérie. Mais aussi, le royaume travaille à renforcer son armée afin de lutter efficacement contre le terrorisme et l’immigration clandestine.