L’Algérie accuse le Maroc de protéger le MAK

L’Algérie accuse le Maroc de protéger le MAK




L’Algérie persiste à dire que le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), classé comme « organisation terroriste », est le protégé du Royaume du Maroc. Son président, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré les mêmes accusations.





« Le Maroc est partie prenante des agissements du MAK », a déclaré le chef de l’État algérien dans une interview accordée aux médias nationaux.

Rappelant que le MAK veut porter atteinte à l’unité nationale, il a fait savoir qu’il y a « 52 000 chahids et veuves et fils de chahids à Tizi-Ouzou.

Un constat qui pousse Abdelmadjid Tebboune à dire que « des chouhadas comme le colonel Amirouche, Abane Ramdane ou encore Fatma Nessoumer doivent se retourner dans leurs tombes ».

En septembre dernier, l’Algérie avait une fois de plus accusé le Maroc et Israël d’être les responsables des incendies meurtriers qui ont ravagé le Nord du pays et fait plus de 90 morts.

« L’hypothèse la plus probante est que le dessein d’incendier l’Algérie est fomenté de l’extérieur.




Ceci avec la bénédiction de Tel-Aviv et de Rabat, et mis à exécution par les deux mouvements terroristes, MAK et Rachad, ainsi que leurs suppôts à l’intérieur », affirme El Djeich dans son dernier éditorial.

Pour la revue de l’ANP, « la coïncidence de ces incendies avec la visite effectuée par le ministre des Affaires étrangères de l’entité sioniste au Makhzen est très significative ».

Par ailleurs, le président algérien a demandé à la France avec qui les relations se sont refroidies ces dernières semaines d’extrader le président du MAK, Ferhat Mehenni, contre qui un mandat d’arrêt avait été émis.

« Nous demandons le chef de file des terroristes MAK. Il faut qu’il nous soit livré, c’est un terroriste, il le dit », a lancé Abdelmadjid Tebboune.