Gazoduc Maghreb-Europe: l’Algérie veut imposer ses conditions au Maroc

Gazoduc Maghreb-Europe: l’Algérie veut imposer ses conditions au Maroc




Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, assure que son pays n’a pas encore tranché sur le renouvellement du gazoduc Maghreb-Europe (GME) traversant le Royaume du Maroc et qui relie l’Algérie à l’Espagne. Toutefois, il entend imposer ses conditions.




« Aucune décision n’a encore été prise à cet effet », a déclaré Abdelmadjid Tebboune, dans une interview diffusée par l’ENTV.

Il ajoutera que l’Algérie continuera à pomper le gaz via le gazoduc Maghreb-Europe jusqu’à la fin du contrat en vigueur le 31 octobre prochain.

L’Algérie fournit notamment à l’Espagne, au Portugal et au Royaume du Maroc du gaz acheminé via le gazoduc Maghreb-Europe. Une livraison de 13,5 milliards de m³ par an.

Le Royaume du Maroc ne reçoit qu’une portion de cette quantité : 800 millions à un milliard de m³ par an, en plus des droits de passage.

En crise avec Rabat, le voisin de l’Est semble vouloir maintenir le gazoduc Maghreb-Europe. « L’Algérie ne veut pas apparaître comme celui qui a lancé les hostilités », explique un expert algérien des questions énergétiques à TSA.

Toutefois, l’Algérie imposera certaines conditions au Maroc. « Il n’y a aucune intention de faire des cadeaux au Maroc.

S’il veut acheter le gaz algérien, il doit payer le prix en vigueur sur le marché international », estime l’expert algérien.

En d’autres termes, Rabat ne bénéficiera plus d’un approvisionnement bon marché du gaz algérien via le gazoduc Maghreb-Europe.