Une étude pour expliquer les transferts records des MRE

Une étude pour expliquer les transferts records des Marocains résidant à l’étranger




Bank al-Maghrib (BAM) va mettre sur pied une commission ad hoc qui sera chargée d’apporter des explications sur la hausse spectaculaire des transferts de la diaspora marocaine enregistrée cette année. L’annonce a été faite mercredi par son gouverneur Abdellatif Jouahri, lors de la troisième session trimestrielle de l’année 2021 du Conseil de la banque.




Les experts de différentes institutions vont « étudier les raisons des transferts records des Marocains résidant à l’étranger (MRE), afin de comprendre ce phénomène », a précisé le responsable.

« Après un accroissement de 4,9 % en 2020, les transferts des Marocains résidant à l’étranger afficheraient une progression importante de 27,7% en 2021 pour atteindre un record de 87 milliards de dirhams, avant de baisser de 5% à 82,7 milliards de dirhams en 2022 », a noté Bank al-Maghrib dans un communiqué.

Ainsi, cette étude sera conduite par les experts de Bank al-Maghrib, du ministère de l’Économie et des finances, de la Direction générale des impôts (DGI), de l’Office des changes et du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), précise la note.

Par ailleurs, Abdellatif Jouahri a estimé que l’un des déterminants des transferts records, des Marocains résidant à l’étranger est la solidarité, notamment dans un contexte marqué par la pandémie.

Une hypothèse soutenue par le professeur de Fintech à l’université de Chicago, Íñigo Moré, qui a relevé que les Marocains du monde sont animés par un devoir solidarité envers ses parents et proches restés au pays.