Opel veut délocaliser une partie de ses activités vers le Maroc

Opel veut transférer des activités de l’Allemagne au Maroc




Stellantis, la société mère d’Opel, pourrait transférer des emplois du centre de développement en Allemagne vers le Royaume du Maroc. Le géant de l’automobile a évoqué le niveau élevé des charges sociales.




Dans sa politique de restructuration entamée depuis quelques mois, le constructeur automobile allemand envisage de délocaliser une partie de ses activités vers le royaume. La nouvelle a été annoncée aux employés lors d’une récente réunion, soulignent les médias allemands, ajoutant que les responsables ont évoqué les coûts de plus en plus élevés.

« Il y a de plus en plus d’indications que la prochaine réorganisation de Stellantis est non seulement imminente, mais que dans certains domaines, elle est déjà mise en œuvre illégalement sans information préalable, conseil et négociation avec les représentants des salariés », dénoncent les syndicats.

Ceux-ci annoncent que « des démarches juridiques ont été engagées » car « leurs droits ont été violés ». Par ailleurs, les médias ont rappelé que Stellantis a annoncé, la semaine dernière, son intention de séparer les deux usines de production de Rüsselsheim et d’Eisenach d’Opel Automobile GmbH.

Les deux infrastructures pourraient bientôt ne plus appartenir à Opel et disposer de leurs propres organisations juridiques et de production. À noter qu’au mois août dernier, Stellantis a informé que la Rocks-e, modèle d’Opel proche de la citadine électrique AMI de Citroën, sera fabriquée dans l’usine du groupe à Kénitra.