Brahim Ghali refuse de donner des explications sur son entrée en Espagne

Brahim Ghali refuse de donner des explications sur son entrée en Espagne




Le leader du Front séparatiste armé Polisario, Brahim Ghali, a refusé de donner des détails sur son entrée et son séjour dans un hôpital en Espagne, demandant aux médias de s’en tenir aux explications fournies par le gouvernement espagnol. C’était lors de la conférence de presse qu’il a animée samedi, la première depuis son retour à Tindouf.




« C’est un faux débat », a déclaré Brahim Ghali au sujet de la polémique qui continue de s’enfler sur son entrée en Espagne pour raison humanitaire, refusant de donner plus de détails sur le sujet.

Devant la presse internationale qu’il a conviée, le leader du Front Polisario affirme qu’il « respecte » les explications fournies par le gouvernement espagnol sur les conditions de son entrée en Espagne. « Je ne dirai pas plus. J’ai été dans une situation critique, j’ai été admis à l’hôpital, je suis guéri et je suis ici, vivant », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les plaintes portées contre lui pour crime contre l’humanité, Brahim Ghali a salué la décision de la justice espagnole qui a classé l’affaire sans suite. Le responsable a aussi et surtout centré son intervention sur la rupture du l’accord de cessez-le-feu avec l’intervention marocaine à Guerguerat, reprochant à l’ONU de « n’avoir jamais mis en œuvre ces résolutions. »




Il reprocha à l’ONU de ne pas avoir « pris des mesures pour forcer le Maroc à respecter ses engagements au niveau international ». Le dirigeant du mouvement séparatiste espère que la nomination du nouvel envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara Occidental permettra de résoudre le conflit au Sahara.

« C’est une situation nouvelle qui nécessite un nouveau traitement de la part du Conseil de sécurité », a-t-il souligné, précisant que « l’objectif principal n’est pas la nomination d’un nouvel envoyé spécial, mais plutôt de mettre fin à l’occupation du Sahara Occidental ».

Brahim Ghali n’a pas manqué de revenir sur la récente décision du tribunal européen annulant les accords de pêche entre l’UE et le Maroc qui incluait les eaux du Sahara. Cette décision est « une grande victoire pour le peuple sahraoui représenté par le Front Polisario » et « montre que le Sahara est un pays distinct du Royaume du Maroc ».