Maroc: baisse du taux de fécondité

Maroc: baisse du taux de fécondité




« La femme marocaine en chiffres : 20  ans de progrès ». C’est le titre de la nouvelle version du rapport annuel sur la condition féminine au Royaume du Maroc, publié vendredi par le Haut-Commissariat au Plan (HCP).




Selon ce rapport, le taux de fécondité chez les femmes marocaines est à la baisse, notamment chez les jeunes. Pour celles âgées de 15 à 19 ans, ce taux est passé de 23,0 % en 2014 à 19,3 % en 2019, alors que le pourcentage était de 19,1 % en 2004.

Pour celles situées entre 20 et 24 ans, le taux de fécondité est passé de 99,0 % en 2004 à 93,0 % en 2014, à 86,5 % en 2019.

La fécondité du groupe des 25 à 29 ans est passée respectivement de 126,6 % à 112,2 % à 108,5 %. Dans la tranche d’âge de 30 à 34 ans le taux est passé de 81,7 % à 72,0 %, à 70,2 %, selon le rapport du HCP.

Le même document souligne que la baisse de la fécondité varie entre les zones urbaines et rurales. Il est passé de 2,1 en 2003 à 1,9 pour cent en 2020 dans les zones urbaines, alors qu’au cours de la même période, il est passé de 3,0 % à 2,4 % en milieu rural.




Une sérieuse analyse des données publiées par le Haut Commissariat au Plan permet de constater que la baisse du taux de fécondité chez les femmes marocaines est liée à l’utilisation des méthodes contraceptives.

Qu’ils soient modernes ou traditionnels, l’utilisation de ces moyens est passée de 63 % en 2004 à 67,4 % en 2011, à 70,8 % en 2018.

En revanche, le pourcentage de femmes âgées de 15 à 49 ans qui sont mariées mais n’utilisent aucune méthode de contraception et déclarent ne plus souhaiter d’enfants ou vouloir retarder le prochain enfant était de 11,3 % en 2018.

Ces données constituent des informations capitales que le HCP met à la disposition des décideurs et autres acteurs de la société civile pour une meilleure politique en faveur de l’épanouissement et du bien être de la femme.