États-Unis: la famille du Marocain tué au Texas réclame la vérité

États-Unis: la famille du Marocain qui a été tué au Texas réclame justice




Quelques jours après le meurtre d’Adil Dghoughi, un Marocain de 31  ans, tué au Sud d’Austin, au Texas, le 11 octobre dernier, sa famille dit avoir reçu très peu d’informations sur les circonstances de son décès et réclame la vérité.




La famille d’Adil Dghoughi s’est rendue au College Station puis au comté de Caldwell lundi dernier pour obtenir plus de réponses sur la mort du jeune Marocain. Mais ses démarches se sont avérées infructueuses. « Nous ne savons rien. […] Nous voulons juste la vérité. C’est tout ce que nous voulons.

La vérité et des réponses », a déclaré à KXAN, Amy Fagnant, l’épouse d’Adil Dghoughi, qui est séparée de lui. Elle dénonce un acte de violence inutile pour quelqu’un qui ne ferait de mal à personne.

« Il n’y a aucune chance qu’il blesse quelqu’un », a déclaré pour sa part Othmane, le frère de la victime.

Les faits s’étaient déroulés le 11 octobre dernier vers 3h30 du matin.

Après avoir échangé quelques mots, un individu a tiré sur Adil Dghoughi, un Marocain de 31 ans qui était assis dans une voiture garée près de sa résidence, à Martindale, une petite ville de moins de 1 000 habitants située à environ 40 km au Sud-Ouest d’Austin.

Descendus sur les lieux, les agents de police ont transporté la victime à l’hôpital. Il succombera à ses blessures.

Après la fusillade, le bureau du shérif du comté de Caldwell s’est fendu d’un communiqué pour annoncer « l’incident tragique ».

Les forces de l’ordre ont déclaré que le présumé assassin est « resté coopératif ». Par conséquent, les autorités locales ont décidé de ne pas l’arrêter pour la fusillade.

Au Texas, la loi communément appelée loi « stand your ground », stipule qu’un individu est légalement autorisé à recourir à la force meurtrière lorsqu’il « croit raisonnablement » qu’il est nécessaire de se défendre contre un préjudice.