Maroc: les transferts des MRE contribuent à dynamiser plusieurs secteurs d’activité

Maroc: les transferts des MRE contribuent à dynamiser plusieurs secteurs d’activité




Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) continuent de résister à la crise sanitaire du Covid-19 et contribuent de facto au dynamisme de plusieurs secteurs d’activité.

L’immobilier, l’agriculture, l’industrie et les services se dynamisent grâce aux transferts des Marocains résidant de l’étranger (MRE). 

Après huit mois, les transferts des MRE ont atteint 64 milliards, ce qui dépasse la moyenne annuelle des dix années avant la crise du Covid (60,5 milliards de DH), rappelle L’Économiste. 

En 2020, les envois des MRE ont augmenté de 5% à 68 milliards de DH déjouant ainsi tous les pronostics des experts du domaine qui prédisaient une baisse sévère. 

Selon Bank Al-Maghrib (BAM), ces transferts vont grimper jusqu’à 87 milliards de DH sur l’ensemble de l’année 2021 et 83 milliards de DH en 2022. La progression des transferts des MRE s’explique par plusieurs facteurs.




La commission composée de Bank Al-Maghrib, du ministère des Finances, de la Direction générale des impôts, de l’Office des changes et du GPBM s’est penchée sur la question.

L’un des facteurs est les programmes d’aides et aux plans de relance déployés en Europe, région où sont installés une grande partie des MRE. 

Une explication confirmée dans le Baromètre du groupe BCP dédié aux Marocains du Monde dans lequel des MRE déclarent avoir été modérément affectés financièrement par la crise sanitaire. 

Certains d’entre eux ont plus été touchés que d’autres selon la politique de soutien du pays de résidence. 

Un second facteur ? « En raison des difficultés de voyager et des restrictions sanitaires, beaucoup de Marocains de la diaspora ont transformé une partie de leur budget de voyage en transferts », explique la banque.