Les Marocains expulsés d’Algérie en 1975 veulent obtenir réparation

Les Marocains expulsés d’Algérie en 1975 veulent obtenir réparation




Une association marocaine se démène pour obtenir justice et réparation pour les familles chassées d’Algérie en 1975 sur fond de différend sur le Sahara occidental. Après plusieurs démarches infructueuses devant les tribunaux algériens, elle entend porter l’affaire devant les tribunaux internationaux. Une initiative qui intervient dans un contexte marqué par de nouvelles tensions entre Alger et Rabat.




45  ans après, les familles marocaines qui résidaient légalement en Algérie et avaient été expulsés n’ont toujours pas obtenu justice et réparation.

Créée en 2005, l’association des « victimes de l’expulsion arbitraire de l’Algérie » affiche sa détermination à poursuivre la lutte.

Elle a mené des démarches devant les tribunaux algériens qui se sont jusque-là avérées infructueuses.

Elle compte désormais se tourner vers la justice internationale.

Mais à l’heure où les relations se sont refroidies entre Alger et Rabat, Hamid al Ati-Allah, président de cette association, redoute que des Marocains qui résident en Algérie soient à leur tour expulsés, rapporte RFI.

Le 18 décembre 1975, le président algérien Houari Boumédiène avait lancé l’expulsion en 48  heures des Marocains résidant légalement sur son territoire.

Baptisée la « Marche noire », cette opération s’était soldée par l’expulsion de près de 45 000 familles marocaines.

Cette décision était intervenue en réaction à la Marche verte décrétée par feu Hassan II pour provoquer le départ des Espagnols du Sahara occidental.

À ce jour, l’un des points de friction entre Rabat et Alger reste la question du Sahara.

L’Algérie continue de soutenir le Polisario, son protégé, contre le Maroc.