Suspension de vols: un spécialiste explique la décision du Maroc

Suspension de vols: un spécialiste explique la décision du Maroc




Dr Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé, revient sur la décision des autorités marocaines de suspendre les liaisons aériennes avec la Russie, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.




« Les décisions prises par le Maroc sont anticipatives, en attendant d’y voir plus clair. Nous avons suspendu les liaisons aériennes avec la Russie alors qu’il n’y avait pas de nouveau variant. La décision a été prise suite à la détérioration de la situation épidémiologique du pays », qui a enregistré, le 20 octobre, un record du nombre de décès (1 028 morts en 24 heures), a déclaré à Medias24 Dr Tayeb Hamdi.

Le spécialiste justifie la suspension des vols avec l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni par la détérioration de la situation épidémiologique de ces trois pays, mais aussi l’apparition d’une nouvelle mutation du variant Delta au Royaume-Uni (déjà 6 % des contaminations).

Il s’agit de « AY4.2 » ou « Delta plus », également détectée dans plus de 28 autres pays, dont la Corée du Sud, l’Inde et Israël. Selon l’expert, chaque pays prend ses décisions selon le degré de risque qu’il est prêt à prendre.




Mais aussi le degré de protection qu’il veut assurer à sa population. « Au Maroc, la capacité de testing reste faible par rapport à d’autres pays étrangers. On pourrait ainsi passer à côté de nouveaux cas atteints d’un nouveau variant, qu’on risquerait alors de détecter un peu tard.

C’est ce qui explique ces mesures restrictives. […]  », poursuit-il. Autre explication : le Maroc vient de sortir d’une troisième vague virulente de contamination du Covid-19. « Nous sortons à peine d’une troisième vague et nous avons une campagne de vaccination en cours qu’on veut accélérer. On veut rouvrir le pays, et reprendre plusieurs activités, notamment économiques.

Ces décisions anticipatives permettront ainsi au royaume de protéger la situation actuelle, en attendant d’avoir plus d’éléments » sur le nouveau variant. […] On a donc une situation à protéger pour espérer un retour à une vie normale. Chaque pays a sa propre stratégie », fait valoir Dr Tayeb.