Sahara: les États-Unis réaffirment leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie

Sahara: Les États-Unis réaffirment leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie




Les États-Unis ont réaffirmé vendredi à New York leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie comme la solution “sérieuse, crédible et réaliste” au différend régional autour du Sahara marocain.




“Nous continuons à considérer le plan d’autonomie du Maroc comme sérieux, crédible et réaliste”, pour satisfaire les aspirations des populations de la région à “un avenir pacifique et prospère”, a indiqué le représentant des Etats-Unis au Conseil du sécurité suite à l’adoption par le Conseil d’une résolution prorogeant d’une année le mandat de la MINURSO.

“En soutien à l’Envoyé personnel, les États-Unis continueront à mener des consultations privées sur la meilleure façon de parvenir à une solution réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable du différend, fondée sur le compromis”, a souligné l’ambassadeur Richard Mills, représentant permanent adjoint américain.

Les États-Unis ont également exhorté toutes les parties “à démontrer leur engagement en faveur de la paix en s’engageant dans le processus politique sans conditions préalables et de bonne foi”.

En ce sens, le diplomate américain a relevé que la nomination de M. Staffan de Mistura comme Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara “offre une occasion, qui n’a que trop tardé, de revitaliser le processus politique mené par les Nations unies et de permettre aux parties de franchir un cap sur la voie d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions pertinentes des Nations unies”.

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies a prorogé pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Conseil de sécurité “décide de proroger le mandat de la MINURSO jusqu’au 31 octobre 2022”, lit-on dans le texte de la résolution présentée par les États-Unis.