De plus en plus de Marocains enterrent leurs morts en Belgique

De plus en plus de Marocains enterrent leurs morts en Belgique




De plus en plus de belges musulmans, notamment d’origine marocaine, préfèrent inhumer leurs proches loin de la terre d’origine, malgré l’assouplissement des restrictions sanitaires.




Cette pratique imposée par les contraintes liées au Covid-19, tend à mettre à mal la tradition qui consiste à retrouver la dernière demeure sur la terre d’origine.

Pendant la crise, les musulmans n’avaient de choix que d’enterrer leurs proches dans les cimetières bruxellois à cause de l’impossibilité de rapatrier les corps des défunts, rappelle Belga, évaluant à près de 1 100 le nombre de personnes qui ont été enterrées au cimetière d’Evere.

Cette année, malgré l’assouplissement des restrictions sanitaires et la réouverture des frontières, le constat est resté le même. Plusieurs familles ont continué à inhumer leurs proches loin de la terre d’origine.

Pour Rachida, une Marocaine résidant à Bruxelles citée par l’agence de presse, cela permet d’être proche d’eux. «  Je sais qu’elle est ici. Je ne dois pas prendre un avion (pour aller me recueillir), car on ne va au Maroc qu’une fois par an. Certains ne peuvent même pas y aller  », a-t-elle déclaré après s’être recueillie sur la tombe de sa maman.