Nadia Fettah critique les 10 ans de gestion du PJD

Nadia Fettah critique les 10 ans de gestion du PJD




Lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2022 au Parlement, Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances a critiqué la gestion des islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) restés à la tête du gouvernement pendant une décennie.




« Depuis dix ans, notre pays n’a pas réalisé les progrès à la hauteur de ses capacités. Notre situation aurait été meilleure si nous avions une plus grande immunité pour faire face à la pandémie de Covid-19. Les politiques gouvernementales, au cours des dix dernières années, ont engendré des échecs économiques et sociaux, qui ont anéanti les acquis réalisés précédemment et ont constitué un obstacle au développement au lieu d’en être le moteur », a dénoncé la ministre.

Même si la crise liée au Covid-19 est sans précédent, elle estime qu’elle n’explique pas à elle seule tous les problèmes économiques et sociaux et ne doit pas être une excuse pour cacher des crises d’avant-Covid, ou justifier des dysfonctionnements accumulés pendant 10 ans.

Après avoir prononcé ce sévère réquisitoire contre les gouvernements dirigés par le PJD, Nadia Fettah a assuré que l’actuel exécutif veut changer de paradigme à travers le projet de loi de finances (PLF) 2022. Le projet de loi de finances vise à répondre aux attentes fondamentales des citoyens en matière de santé, d’éducation et d’emploi, redonner du dynamisme à l’investissement privé, accompagner l’entreprise nationale et l’inciter à créer des opportunités d’emploi.




Et aussi continuer à soutenir l’investissement public. « Le gouvernement veut mobiliser les efforts et l’intelligence collective de toutes les forces vives pour faire face à ces cumuls négatifs et proposer les alternatives qui vont répondre aux attentes des citoyens et régler leurs problèmes », a-t-elle dit.

Elle a ajouté que le nouvel exécutif est déterminé à faire du projet de loi de finances 2022, un point de départ pour la mise en œuvre de son programme, qui tire ses orientations et ses priorités des discours royaux et dont les composantes sont en harmonie avec les conclusions du rapport sur le Nouveau modèle de développement ».

Concrètement, l’actuel gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch, patron du Rassemblement national des indépendants (RNI) entend créer 250 000 emplois directs en 2022 et 2023, pour une enveloppe globale de 2,25 milliards de dirhams, insuffler une nouvelle dynamique au programme “Intelaka” et lancer “Forsa” pour 1,25 milliard de dirhams, injecter 9 milliards de dirhams dans le secteur de la Santé, dont 5 milliards de dirhams pour l’infrastructure et mobiliser l’investissement public 245 milliards de dirhams, dont le financement du Fonds Mohammed VI pour l’investissement.