Maroc: des acquis importants en matière d’intervention proactive face aux menaces

Le Maroc a réalisé des acquis importants en matière d’intervention proactive face aux menaces (Ministre)




L’expérience marocaine dans le domaine sécuritaire a permis de réaliser des succès et acquis importants, notamment au niveau de l’intervention proactive face aux menaces terroristes qui guettent en permanence le Maroc, à la faveur du professionnalisme des services sécuritaires, reconnu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Royaume, a indiqué, à Rabat, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

Abdelouafi Laftit





Dans ce même esprit, les services sécuritaires ont poursuivi la mise en œuvre des approches et plans d’action adoptés, que ce soit dans la lutte contre la criminalité et le renforcement du sentiment de sécurité que dans la lutte contre l’immigration clandestine, a ajouté M. Laftit qui présentait le budget sectoriel de son département au titre de l’exercice 2022, lors d’une réunion tenue par la Commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants.

Compte tenu du rôle central de la sécurité dans la stabilité et le développement, M. Laftit a souligné que le ministère a poursuivi en 2021 ses efforts de modernisation de ce service important afin de garantir des niveaux d’efficacité et d’efficience à même de faire face à tous les défis actuels et futurs.

En ce qui concerne la lutte contre les réseaux criminels spécialisés dans le trafic de drogues, la coordination entre les différents services sécuritaires a permis de nombreux démantèlements, a-t-il poursuivi.

Dans le cadre de l’extension des zones urbaines et des rassemblements résidentiels, le ministre a fait savoir que son département a procédé à l’élargissement de la couverture sécuritaire.




Ceci ainsi qu’au développement et à la modernisation des infrastructures relevant du ministère et au renforcement de leurs ressources humaines et matérielles.

S’agissant de la modernisation des services, selon le ministre, l’année 2021 a connu la généralisation de la délivrance de la nouvelle génération de la Carte nationale d’identité électronique (CNIE), ainsi que l’intégration des permis de port d’arme apparente et de chasse dans un seul document biométrique aux normes modernes.

Dans ce cadre, M. Laftit a salué le bon niveau de coordination entre les différents intervenants sur le terrain, notamment les collectivités territoriales, la sureté nationale, la gendarmerie royale et les forces auxiliaires, qui a rendu possible un bilan très honorable ayant contribué, de manière significative, au renforcement du sentiment de sécurité chez les citoyens et de la stabilité des taux de criminalité.

Pour améliorer les mécanismes de gestion et le niveau de performance en matière de prévention et de sauvetage, il a avancé que son département, à travers la Direction générale de la protection civile, a poursuivi le renforcement des capacités de ce service important tout en élargissant son déploiement territorial, le développement des compétences de ses ressources humaines.




Et aussi la modernisation de ses mécanismes de travail, ainsi que la mise à disposition des équipes d’intervention de moyens logistiques permettant d’accroître leur efficacité en matière de prévention, de sauvetage et de riposte aux accidents et catastrophes.

Malgré les ressources limitées, 253 millions de dirhams ont été alloués au titre de cette année afin de parachever les projets en cours, portant principalement sur la construction de centres de sauvetage en vue d’améliorer le niveau de couverture des risques au niveau national et répondre aux exigences consécutives au nouveau découpage régional, outre la réforme et la mise à niveau des structures et la fourniture de moyens et d’équipements d’intervention aux services centraux et extérieurs, a-t-il noté.

Au niveau de la gestion des risques de catastrophes naturelles, le ministre a expliqué que depuis la création du Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles en 2009 et jusqu’en octobre 2021, 226 projets ont été financés dans le cadre du programme de gestion intégrée des risques de catastrophes naturelles, pour un montant global d’environ 3,6 milliards de dirhams, auquel le fonds a contribué à hauteur de 1,2 milliard de dirhams.