La Marche Verte, une consécration de l’approche pacifiste du Maroc

La Marche Verte, une consécration de l’approche pacifiste du Maroc




La glorieuse Marche Verte illustre l’approche pacifiste que le Royaume du Maroc ne cesse d’en faire sienne dans le processus de règlement de la question du Sahara marocain, a souligné, Noureddine Belhadad, chercheur à l’Institut des études africaines relevant de l’Université Mohammed V.

Noureddine Belhadad





Dans une interview accordée à la MAP à l’occasion de la célébration du 46ème anniversaire de la Marche Verte, il a noté que cette approche pacifiste est toujours suivie par le Royaume dans ses efforts pour un règlement définitif de la question de l’intégrité territoriale, évoquant à l’appui la proposition d’autonomie des provinces du sud sous souveraineté marocaine.

Pour cet universitaire, la Marche Verte, véritable miracle du 20ème siècle, est une Marche de l’unité et de l’attachement aux fondamentaux sacrés de la Nation.

« Le monde entier a suivi avec émerveillement cette Marche de l’unité et de la renaissance couronnée par la récupération d’une partie chère de la Nation, sans effusion de sang », a-t-il rappelé, avant d’ajouter que les participants à cette glorieuse épopée n’avaient pour armes que le Saint Coran et le drapeau national. Et d’insister sur la nécessaire évocation de cette épopée.




Ceci aux fins que les générations d’aujourd’hui en tirent les précieux enseignements et qu’elles sachent que cet événement national représente un tournant historique marquant ayant débouché sur une grande victoire et le retour triomphal des provinces du sud à la mère patrie.

Car, a-t-il relevé, la Marche Verte est ”un grand événement suscitant la fierté nationale et restera à jamais gravé dans la mémoire collective, pour servir de leçon magistrale de citoyenneté et de patriotisme”.

Il a, à ce propos, fait savoir que le grand initiateur de cette grandiose Marche, le regretté Souverain, feu SM Hassan II, a privilégié ainsi la paix sur la guerre, montrant son attachement pour des négociations sérieuses et sereines, et exposant sa cause devant les instances internationales qui ont reconnu que le Sahara n’était pas ”terra nullius”, un territoire sans maître et reconnaissant aussi que les populations sahraouies exprimaient à chaque occasion et pour toujours leur allégeance aux Rois du Maroc.




Ce spécialiste des questions africaines a tenu, par ailleurs, à souligner que le Maroc est connu et reconnu dans le monde pour son pacifisme et que les Marocains ont toujours su régler leurs conflits d’une manière pacifique, citant à l’appui les multiples contributions du Royaume aux missions de paix un peu partout dans le monde, surtout en Afrique.

Il a ajouté que le Maroc continue toujours à promouvoir une diplomatie qui fait appel à la raison et prend en ligne de compte les défis posés à l’avenir, saluant la crédibilité de la thèse marocaine dans la défense de la première cause nationale, ”sans avoir besoin d’attiser les tensions ni de recourir à la falsification des faits”.

M. Belhdad a, par ailleurs, indiqué que la proposition marocaine d’autonomie est devenue une réalité reconnue et saluée par la communauté internationale, notant que le pacifisme du Royaume commence à donner ses fruits comme en témoigne, entre autres, la multiplication des annonces de reconnaissance de la Marocanité du Sahara ainsi que l’inauguration de nombreuses représentations diplomatiques dans les provinces du sud.




Cela étant dit, il n’a pas manqué de mettre en avant le formidable essor que connaît la région avec la réalisation et le lancement de vastes chantiers structurants qui confortent de plus en plus la position économique des provinces du sud par rapport aux autres régions du Royaume.

Il a cité en premier et tout particulièrement le modèle de développement dédié aux provinces du sud et qui vise à consolider les infrastructures de base, drainer des investissements, soutenir les projets de développement humain et à valoriser les ressources naturelles de la région ou encore le méga projet du port Dakhla Atlantique, véritable Tanger-Med du Sahara marocain.

Autant de projets qui vont transformer le visage du Sahara marocain et promouvoir son attractivité au vu de son potentiel sur le registre des ressources naturelles, a-t-il relevé, appelant l’Algérie ”à revenir à la raison” pour relancer la construction du grand Maghreb de manière à favoriser une exploitation optimale des ressources dont dispose la région et ce, dans le cadre d’une approche “gagnant-gagnant”.