Des missiles algériens dirigés vers le Maroc ?

Des missiles algériens dirigés vers le Maroc ?




La crise entre l’Algérie et le Maroc tend à s’intensifier depuis la mort de trois routiers algériens dans la région du Sahara. L’Algérie accuse le Maroc de la mort de ses ressortissants et menace de riposter. De son côté, le Royaume du Maroc n’a pour le moment donné aucune information officielle sur le sujet, mais serait également prêt à réagir face à toute éventuelle attaque algérienne.




L’Algérie serait en train de mettre à exécution sa menace d’agression contre le Maroc.

Des photos diffusées dans certains médias algériens, et auxquelles La Razón a eu accès, indiquent que le pouvoir algérien aurait installé des missiles près de la frontière pour attaquer le Maroc. Mais l’information n’a pas été officiellement confirmée.

Le Maroc rejette les accusations infondées de l’Algérie, réfutant la thèse selon laquelle les trois routiers algériens ont été tués par les forces armées royales.

Pour le royaume, l’Algérie cherche juste un prétexte pour entrer en guerre. « L’Algérie cherche un alibi, même s’il s’agit de fake news, pour mettre le feu à la région ».

Cette menace de l’Algérie intervient au lendemain de la dernière résolution de l’Organisation des Nations unies sur le Sahara occidental, laquelle appelle à une solution négociée du conflit comme le recommande le Maroc.




L’ONU n’a pas appelé à un référendum sur l’autodétermination comme le souhaitaient l’Algérie et le Polisario.

Par ailleurs, la décision de l’Algérie de ne pas renouveler le gazoduc Maghreb-Europe (GME) traversant le Maroc, en vue de faire pression sur le royaume du Maroc, n’a pas du tout eu l’effet escompté.

La présidence algérienne s’était fendue d’un communiqué pour clairement accuser Rabat de la mort des routiers algériens et menacer de représailles.

« Le régime algérien est engagé dans une escalade depuis plusieurs mois avec laquelle il tente probablement de provoquer un conflit armé avec le Maroc pour détourner ainsi l’attention des problèmes internes dont se plaignent ses citoyens, notamment l’inflation et la hausse des prix des denrées alimentaires », indique une source marocaine.

Elle a ajouté que « le Maroc ne se laissera pas entraîner dans une spirale de conflits souhaitée par le régime algérien ».