L’Algérie et le Maroc au bord de la guerre

L’Algérie et le Maroc au bord de la guerre




L’Algérie accuse le Royaume du Maroc d’avoir tué trois routiers algériens lors d’une attaque par drone dans le Sahara. Elle entend réagir à cette supposée attaque, faisant craindre une guerre dans la région.

Selon la présidence algérienne, les trois Algériens ont été victimes d’un bombardement marocain dans une zone contrôlée par le Polisario.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a indiqué avoir informé l’ONU et plusieurs organisations internationales (UA, Ligue arabe et OCI) de l’acte d’une « gravité extrême » du Royaume du Maroc qu’il qualifie d’« acte de terrorisme d’État ».

Le chef de la diplomatie algérienne a aussi rappelé aux institutions « la volonté et la capacité de l’Algérie d’assumer ses responsabilités en matière de protection de ses ressortissants et de leurs biens en toutes circonstances ».

Il a souligné, sans apporter le moindre début de preuve, que le Maroc a fait usage d’une arme sophistiquée lors de cette attaque.




Le Royaume du Maroc aurait utilisé un drone, et plus précisément un Bayraktar TB2 acquis auprès de la Turquie. C’est ce que prétend (sans le moindre début de preuve) le site algérien Menadefense.

Les autorités marocaines n’ont jusque-là donné aucune information officielle sur cet incident qui ramène sur le tapis la question de la course à l’armement que se livrent le Maroc et l’Algérie depuis le début des années 2000.

L’Algérie a acquis plusieurs drones auprès des Émirats arabes unis, tandis que le Royaume du Maroc a acheté 12 drones d’attaque Bayraktar TB2 auprès de la Turquie.

Le royaume a aussi conclu des accords avec son partenaire militaire, les États-Unis, et avec Israël pour l’achat de drones kamikazes. La crise diplomatique ouverte entre les deux pays tend à dégénérer en conflit.

L’Algérie est décidée à mener une guerre contre le Maroc, alors que le royaume du Maroc, pour l’instant, prône l’apaisement.