L’agriculture biologique en plein essor au Maroc

L’agriculture biologique en plein essor au Maroc




Le Royaume Maroc connaît depuis quelques années un véritable essor de l’agriculture bio et organique, ceci notamment grâce à une forte demande locale mais surtout grâce à l’export.

L’agriculture biologique est en plein essor au Royaume du Maroc avec 10 300 hectares de cultures bio en 2020 contre 4 000 seulement en 2011.

« Cela reste très en deçà du potentiel d’un pays agricole comme le Maroc », explique à l’AFP Reda Tahiri, le président de l’Union marocaine des producteurs d’agriculture biologique, relevant un décollage timide de la production bio des cultures d’oliviers, d’agrumes et d’amandes dans les régions de Marrakech, de Rabat ou encore de Souss-Massa.

Le Maroc entend désormais promouvoir le bio, considéré comme « prioritaire » à travers la mise en œuvre du Plan gouvernemental Maroc Vert.




Dans cette perspective, le ministère de l’Agriculture prévoit d’expérimenter l’agriculture bio sur une superficie de 100 000 ha d’ici 2030 et d’atteindre une production de 900 000 tonnes par an, destinée au marché local (un tiers) et à l’export (deux tiers).

Selon le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement, le royaume cultivait à peine 1 200 hectares en 2013 dont 81 étaient destinées au bio.

En 2020, le Maroc a exporté seulement 14 000 tonnes de produits frais (fruits et légumes) et transformés (jus d’agrumes, fraises congelées ou huile d’olive) sur près de 130 000 tonnes, vers l’Union européenne, le Canada, la Suisse ou les États-Unis.

« Il faut sensibiliser les consommateurs et augmenter les marges bénéficiaires des producteurs si l’on veut promouvoir le bio », insiste Reda Tahiri.