L’Union Européenne s’exprime sur le Sahara à l’ONU

L’Union Européenne s’exprime sur le Sahara à l’ONU




L’Union européenne (UE) a exprimé, devant la 4è commission de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, son soutien à une solution politique “juste, durable et mutuellement acceptable” au conflit régional autour du Sahara marocain.




S’exprimant au nom de l’Union européenne, la représentante de la Slovénie a indiqué que l’Union “encourage” les parties à œuvrer en faveur d’une “solution politique juste, durable et mutuellement acceptable”.

Et ceci dans le cadre des Nations Unies, sur la base des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007.

Toutes ces résolutions ont consacré la prééminence, le sérieux et la crédibilité de l’Initiative marocaine d’autonomie, comme seule solution pour mettre définitivement fin à ce différend artificiel, dans le cadre de la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc.

L’Union Européenne s’est également félicitée de l’engagement du Secrétaire général de l’ONU à relancer les négociations avec une “nouvelle dynamique et un nouvel esprit” devant permettre la reprise du processus politique.




Saluant la nomination du nouvel envoyé personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara marocain, Staffan de Mistura, l’Union européenne s’est dit impatiente de “s’engager avec lui dans les efforts visant la relance des négociations”.

L’Union Européenne a, dans ce sens, encouragé toutes les parties à s’engager dans la recherche commune d’une solution en conformité avec les résolutions du Conseil de sécurité, ainsi qu’avec les principes de la Charte des Nations Unies.

L’Union Européenne a salué la récente résolution 2602 du Conseil de sécurité qui exprime le plein soutien au Secrétaire général de l’ONU et à sa proposition de relancer le processus politique de même qu’elle réitère l’appel à toutes les parties de coopérer “pleinement” avec la MINURSO.

Dans son dernier rapport au Conseil de Sécurité, le Secrétaire général avait fustigé le «polisario» pour sa renonciation au cessez-le-feu.




Mais également pour ses obstructions inacceptables et condamnables aux activités de supervision du cessez-le-feu par la MINURSO.

Comme dans la résolution 2602, l’Union européenne a également mis l’accent sur le processus de tables rondes avec la participation du Royaume du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du “polisario”, rappelant la tenue dans ce cadre des deux tables rondes de Genève en décembre 2018 et mars 2019.

De même, l’Union européenne a encouragé les parties à continuer de faire montre de “volonté politique” et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue, dans le cadre du processus politique exclusivement onusien.

Enfin, l’Union européenne a réitéré son appel pour l’enregistrement des populations des camps de Tindouf, tel qu’exigé par le Conseil de Sécurité dans toutes ses résolutions depuis 2011.