Marche Verte: le discours royal promeut la paix, l’unité nationale et le progrès

Marche Verte : Le discours royal promeut la paix, l’unité nationale et le progrès (expert colombien)




Le discours de SM le Roi Mohammed VI, prononcé à l’occasion du 46ème anniversaire de la Marche Verte, est un appel à la paix, au service de l’unité nationale et du progrès, a indiqué Dr Hernán Alejandro Olano García, recteur de l’université UNICOC de Colombie.

Dr Hernán Alejandro Olano García

“Le discours royal réitère le choix pacifique que SM le Roi n’a eu de cesse de promouvoir, au service de la consolidation de l’unité nationale et de la prospérité du Royaume et son développement, ainsi que de la stabilité nationale et régionale”, a souligné l’expert dans une déclaration à la MAP. Pour l’universitaire colombien, “le discours de Sa Majesté le Roi réaffirme un grand positivisme.

Il réaffirme une vision d’avenir pour le Maroc, le leadership du Souverain notamment dans l’environnement arabe et africain du Royaume”.

Rappelant l’ouverture par plus de 24 pays de consulats à Laâyoune et Dakhla, M. Hernan Olano a mis en avant la dynamique de développement soutenu dans les provinces du sud, qui a contribué à davantage de soutien de la communauté internationale à la position du Maroc sur le conflit artificiel autour du Sahara marocain.




Dans ce sillage, le recteur de l’université UNICOC de Colombie a rappelé que la vice-présidente et ministre des Relations extérieures de Colombie, Mme Marta Lucia Ramirez, avait annoncé lors de sa visite fin octobre dernier à Rabat, avoir donné des instructions au nouvel Ambassadeur de son pays au Royaume.

Il a donné des instructions pour étendre la juridiction consulaire de l’Ambassade de Colombie au Royaume du Maroc sur tout le territoire marocain, incluant le Sahara.

L’expert colombien Hernán Alejandro Olano García a salué cette “décision de la Colombie de reconnaître la souveraineté marocaine sur l’ensemble de son territoire, estimant que ce genre de positions peuvent aider à trouver une solution politique” à ce différend artificiel.

L’universitaire colombien a conclu que le Maroc opte pour le dialogue politique pour trouver une solution définitive à ce différend, dans le cadre de sa souveraineté sur les provinces du sud et du plan d’autonomie proposé par le Royaume en 2007.