Marocains Résidents à l’étranger: la stratégie de l’État pour 2022

Marocains Résidents à l’étranger: la stratégie de l’État pour 2022




Le dispositif d’accompagnement des Marocains du monde pour 2022 cible les catégories les plus touchées par l’impact économique et social de la pandémie, de même qu’un plan d’action a été finalisé pour le renforcement des représentations culturelles marocaines à l’étranger.




Si les mesures prises pour assurer la fluidité du passage des MRE de leurs pays d’accueil à leurs pays d’origine ont focalisé l’attention du gouvernement depuis le déclenchement de la crise sanitaire, la Stratégie nationale de l’intégration des MRE devra actuellement activer une batterie d’actions en vue de mieux répondre aux attentes des Marocains du monde.

Le plan d’action finalisé montre avant tout que l’État devra accélérer la cadence de réalisation des trois axes qui forment l’ossature des mesures d’encadrement et d’accompagnement des MRE, notamment ceux en situation difficile.

Le comité technique accrédité par la commission ministérielle des affaires des MRE a pu définir les priorités de l’étape actuelle, marquée par «une prise de conscience du rôle stratégique des compétences des MRE, ainsi que des changements socioéconomiques vécus par les Marocains du monde qui imposent de réviser les objectifs et les priorités qui étaient jusqu’à présent tracées, afin de les adapter aux changements», indique la feuille de route.

La nouvelle approche qui devra primer en matière de mobilisation devra cibler essentiellement les modalités d’intégration des compétences marocaines à l’étranger dans le circuit économique national.




De même qu’une évaluation devra être réalisée pour l’ensemble des initiatives qui ont été menées depuis le déclenchement de la crise sanitaire.

Actuellement, l’État se penche sur un programme prioritaire de mobilisation des compétences, via une démarche sectorielle, qui implique tous les départements ministériels et les établissements publics concernés par la mise en œuvre de la nouvelle politique de stimulation des profils marocains travaillant actuellement dans plusieurs pays et désirant poursuivre leur carrière professionnelle au Royaume du Maroc.

Le programme de partenariat projeté avec plusieurs départements ministériels englobe essentiellement les domaines de l’éducation et de la recherche scientifique, le tourisme, l’artisanat ainsi que les coopératives.

Pour les catégories vulnérables, le programme social de 2022 «œuvre pour une coexistence et une intégration positive dans les pays d’accueil et vise la défense des intérêts des MRE et la consolidation de la présence de l’État marocain auprès des Marocains Résidents à l’étranger, moyennant le renforcement des services sociaux existant au niveau des consulats», ajoute la même source.




Les objectifs fixés couvrent aussi «le rapatriement au Maroc de dépouilles mortelles des MRE en situation de précarité et le développement de partenariats avec les associations œuvrant dans le domaine». À noter que le programme d’appui aux associations sera également renforcé, à travers la formation de l’équipe de pilotage du programme et des formateurs.

Pour le volet culturel, un programme spécifique pour l’amélioration du fonctionnement des centres culturels marocains dans les pays d’accueil «Dar Al Maghreb» a été aussi arrêté.

Le bilan présenté aux députés montre que le projet de construction du Centre culturel du Maroc à Paris a été achevé, de même qu’un programme d’animation culturelle sera activé en 2022. Toujours dans le même volet, le programme d’enseignement de la langue arabe et de la culture marocaine sera aussi renforcé, et cible les jeunes MRE.

D’un autre côté, la digitalisation des services publics sera cadrée par un nouveau plan de communication qui sera articulée autour du renforcement de la présence des services dédiés aux MRE sur les réseaux sociaux ainsi que sur les plateformes d’échange qui ont été développées jusqu’à présent.




La mobilisation des compétences, le principal enjeu

Il s’agit principalement du début de l’exécution de la première étape du programme des compétences marocaines à l’étranger (MRE Academy) qui a permis de mobiliser 4.500 compétences marocaines à l’étranger, dans l’objectif de contribuer à l’amélioration de l’offre nationale dans le domaine de la formation professionnelle ainsi qu’à l’exécution du programme des Cités des métiers et des compétences.

L’objectif est d’intégrer les MRE dans la nouvelle génération des établissements de formation professionnelle, essentiellement l’automobile, l’aéronautique ainsi que d’autres domaines qui seront en mesure de correspondre aux demandes formulées.

À noter que plusieurs réseaux de compétences ont été établis aux États-Unis, au Canada et dans les pays d’accueil traditionnels en Europe. Les pistes qui ont été identifiées concernent essentiellement les domaines de l’enseignement à distance, la santé ainsi que le champ de l’intelligence artificielle.

Le 2e objectif à court terme qui est visé consiste à mobiliser annuellement 100 experts marocains à l’étranger, avec la conclusion d’une convention de partenariat avec le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST) en vue d’intégrer les experts MRE dans des établissements d’enseignement supérieur et de la recherche.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO