La Maroc adhère à un appel lancé par l’UNICEF et la présidence française

La Maroc adhère à un Appel lancé par l’UNICEF et la présidence française




Le Royaume du Maroc a adhéré à l’Appel à l’action pour défendre les droits de l’enfant dans l’environnement numérique lancé conjointement par l’UNICEF et le Président français Emmanuel Macron, à l’occasion du Forum de Paris sur la Paix, qui s’est ouvert jeudi.




Cet Appel à l’action est soutenu également par l’Argentine, la Bulgarie, l’Estonie, l’Italie, la Jordanie et le Luxembourg, ainsi que par plusieurs grandes plateformes numériques (Amazon, Dailymotion, Google, Meta, Microsoft, Qwant, Snap, Twitter, YouTube), indique l’Élysée dans un communiqué.

De nombreuses organisations non gouvernementales notamment e-Enfance, WeProtect Global Alliance, Plan international, Save the Children, Point de contact, Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique, Fondation pour l’enfance, Internet sans crainte, Fédération nationale des écoles des parents et Génération numérique, ont adhéré à cette initiative, précise la même source.

“Reconnaissant à la fois les opportunités du numérique pour les enfants et les menaces auxquelles ils sont exposés en ligne, les signataires de l’Appel se sont engagés à faciliter l’accès des enfants aux technologies ainsi qu’à l’alphabétisation numérique.




Ceci tout en garantissant leur protection dans cet environnement”, note la présidence française. Et d’ajouter que l’alphabétisation numérique est essentielle pour le développement des compétences-clés devant permettre aux enfants de naviguer et interagir en sécurité dans les espaces numériques, tout en acquérant les réflexes de futurs citoyens qui seront amenés à évoluer dans un contexte de plus en plus marqué par ces technologies.

Les signataires de l’Appel, poursuit-on, se sont également engagés, dans ce contexte, à une politique de tolérance zéro et à prendre les mesures nécessaires pour permettre aux enfants d’employer les outils numériques en toute sécurité, sans être exposés à des abus.

« Le cyberespace est devenu le nouvel espace public mondial, un espace d’ouverture, un catalyseur d’échanges et d’opportunités, mais aussi un lieu où de nouveaux risques et de nouvelles menaces sont apparus.




Dans ce contexte, une démarche multilatérale et multi-acteurs, complémentaire à un cadre de régulation fort, transnationale est un impératif collectif : pour protéger les enfants lorsqu’ils recourent à des outils qui n’ont pas forcément été créés pour eux ; pour permettre à nos enfants de s’enrichir par l’utilisation du numérique, de s’instruire, de s’ouvrir sur le monde ; bref, de devenir, dans un cadre sûr pour eux, les citoyens éclairés de demain», a déclaré Emmanuel Macron, cité dans le communiqué.

« La technologie et les solutions numériques offrent aux enfants d’importantes possibilités de continuer à apprendre, à se divertir et à rester en contact avec les autres.

Cependant, ces mêmes outils peuvent également les exposer davantage à une multitude de risques. Il est essentiel que les gouvernements, les entreprises du secteur de la technologie, les parents, les écoles et les communautés travaillent ensemble pour assurer la sécurité des enfants en ligne”, a affirmé de son côté Henrietta Fore, Directrice générale de L’UNICEF.