Marrakech: le plaidoyer civil sur la marocanité du Sahara au cœur d’un colloque régional

Le plaidoyer civil sur la marocanité du Sahara, au cœur d’un colloque régional à Marrakech




Le plaidoyer civil sur la marocanité du Sahara a été au cœur du premier colloque régional organisé, samedi à Marrakech, par la Fondation Annoha pour le Développement du Sahara marocain.





Initiée en partenariat avec l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion (ENCG) sous le thème “Les régions du Sahara marocain entre diplomatie et développement”, cette rencontre s’inscrit dans le cadre des activités organisées par ladite Fondation en commémoration de l’anniversaire de la glorieuse Marche Verte et de la Fête de l’Indépendance, pour la défense des causes nationales dans les fora internationaux, avec à leur tête la question de l’intégrité territoriale, et la dynamisation de la diplomatie parallèle.

Les travaux de ce colloque, auquel ont pris part des universitaires et des acteurs de la société civile, se sont articulés essentiellement autour du plaidoyer sur la marocanité du Sahara et les perspectives du règlement de ce conflit artificiel, à la lumière des derniers développements sur les scènes internationale et régionale.

Le président de la Fondation Annoha, M. Saleh Rahat, s’est exprimé à cette occasion.




Il a souligné l’importance de la participation populaire au plaidoyer civil sur le Sahara marocain, à travers l’engagement du débat autour de plusieurs axes se rapportant à l’efficience du développement dans le Sahara marocain, au plaidoyer sur la cause nationale, à la mise en relief de l’initiative d’autonomie ainsi qu’à l’épopée de la Marche verte et la diffusion de ses valeurs et enseignements auprès des générations montantes.

Pour sa part, M. Noureddine Bilali Idrissi, ancien membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes, a expliqué que le plaidoyer pour la cause nationale consiste à présenter des preuves solides pour convaincre les acteurs internationaux de la justesse de la cause nationale et contrecarrer ainsi les allégations et les thèses des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume.

Il a aussi insisté sur la nécessité de la complémentarité et de l’harmonisation de toutes les politiques.




Ceci sur les plans intérieur et extérieur pour atteindre les objectifs fixés et régler définitivement le dossier du Sahara marocain.

Pour sa part, le représentant de l’Organisation internationale des droits de l’Homme et de la défense des libertés publiques aux États-Unis en Afrique, M. Katiba Kassem, a réitéré le soutien de l’organisation à l’initiative marocaine d’autonomie en tant que solution à ce conflit artificiel, faisant constater que les élections du 8 septembre dernier ont démontré l’attachement profond des populations des provinces du sud à l’unité de la Nation à travers leur participation massive à ces échéances.

Dans une déclaration à la MAP, la directrice de l’ENCG, Mme Fatima Arib, a, quant à elle, noté que l’organisation de ce colloque régional intervient dans le cadre de la commémoration de la glorieuse Marche Verte, insistant sur le rôle des établissements universitaires dans la mise en lumière de ces événements à portée nationale.