Casablanca: polémique après la destruction d’une partie de la mosquée Assuna

Casablanca : Polémique après la destruction d’une partie de la mosquée Assuna




La mosquée emblématique Assuna est en cours de démolition, ce mercredi, ce qui a provoqué l’ire d’architectes, d’associatifs et de riverains, qui ont été surpris de l’ouvrage non-notifié par un panneau au public.




En soirée, l’association Casamémoire pour la protection du patrimoine a dénoncé les travaux, rappelant que cette mosquée «est l’un des témoignages singuliers de style brutaliste au Maroc».

«Notre indignation est d’autant plus légitime que la mosquée « Assuna » constitue l’une des pierres angulaires de l’argumentaire pour l’inscription de Casablanca sur la liste indicative de l’UNESCO, la demande présentée par le Maroc qui a pour titre « Casablanca, Ville du XXème siècle, carrefour d’influences » présente Casablanca comme un exceptionnel laboratoire expérimental d’architecture et d’urbanisme du XXème siècle», a indiqué l’ONG, dans un communiqué.




«Bien au-delà du repère urbain qu’elle constitue pour l’ensemble des Casablancais.es et de ses qualités architecturales intrinsèques, un symbole de la modernité, de la diversité culturelle et de la tolérance que S.M. le Roi Mohamed V a instauré comme valeurs fondamentales pour le Maroc moderne», a rappelé la même source.

Ce lieu, souligne Casamémoire, «met en exergue le rôle pionnier qu’a joué la ville de Casablanca dans la promotion de nouvelles réflexions architecturales et la diffusion d’une nouvelle science».

L’association a ainsi exprimé ses interrogations «non sans amertume» sur «l’intérêt du travail colossal pour la valorisation et la sauvegarde du patrimoine» mené avec les principaux acteurs concernés,




«Si un édifice majeur d’une aussi grande valeur patrimoniale et figurant sur la liste du patrimoine inventorié subit une démolition, sans aucune instruction préalable».

Pour l’association Casamémoire pour la protection du patrimoine, il s’agit d’un «acte inadmissible» envers le patrimoine casablancais.

Par la même occasion, la structure a lancé un appel aux autorités compétentes pour «prendre leurs responsabilités face à la dégradation de cette partie de l’histoire de Casablanca et d’agir en urgence pour l’arrêt du chantier et pour l’ouverture d’une enquête afin désigner les responsables».

À Casablanca, la mosquée Assuna a été réalisée en 1968 par Émile Duhon, architecte du roi Mohammed V.