Allègement des restrictions sanitaires: la guerre à la Covid-19 est toujours déclarée

Allègement des restrictions sanitaires: la guerre à la Covid-19 est toujours déclarée




Au moment où de nombreux pays dans le monde pataugent encore dans le cloaque du Covid-19 et que d’autres, de plus en plus nombreux en Europe, instaurent à nouveau des mesures restrictives, exigeant désormais l’obligation vaccinale après avoir exclu cela au motif du respect des droits fondamentaux, le Royaume du Maroc récolte maintenant les fruits d’une stratégie sanitaire efficiente, sans hésitation aucune, ni laisser-aller.

Ce qui a permis au pays d’entrevoir déjà les premières lueurs d’espoir, augurant un retour à la normale plus rapide que prévu. Une sortie de tunnel sans trop de dégâts en vies humaines et sur les plans économique et social, et ce, après un combat sans relâche livré contre une épidémie qui a surpris la planète par sa propagation fulgurante, suscitant des peurs sans précédent et condamnant au tout début de son apparition une grande majorité de la population mondiale à se terrer chez eux, en espérant échapper à une mort certaine.

Certes, l’humanité a été dans des temps anciens et aussi contemporains confrontée à des épidémies virulentes.




Elle a été confrontée à des hécatombes causées par des guerres et autres ravages occasionnés par des catastrophes naturelles mais cette pandémie est d’une toute autre dimension.

Car, elle est planétaire et donc incontrôlable, étant donné qu’il est impossible de fermer toutes les frontières dans un monde qui a pris depuis des décennies la configuration d’un village planétaire.

À l’apparition du nouveau coronavirus, une interrogation était sur toutes les lèvres : Le monde survivra-t-il à la pandémie du Covid 19 ? Ce qui en dit long sur les grandes peurs suscitées par ce tueur de masse.

Mais avec la découverte dans un temps record du vaccin, l’humanité renoue avec l’espoir, un optimisme modéré avec toujours cette question lancinante : À quand la délivrance et à quel prix ?

Et aussi cette interrogation : Sommes-nous condamnés à vivre ad vitam æternam sous la menace du Covid-19 ? Face à toutes interrogations, sommes toutes légitimes au vu de l’immensité du désastre survenu jusque-là et surtout redouté à l’avenir, le Maroc est resté serein, voire imperturbable.




Très vite, et sans céder à la panique et encore moins au fatalisme, le pays a pris au moment crucial les mesures qui s’imposent, entre autres, une fermeture à temps des frontières et le confinement avant de passer à la vitesse supérieure en menant une campagne vaccinale efficace avec le challenge de parvenir à une immunité collective.

Ce succès salué par la communauté internationale face au redoutable et redouté Covid-19 n’aura pas été possible sans la clairvoyance royale, la vision proactive de SM le Roi Mohammed VI.

Le souverain n’a pas laissé un instant aux hésitations, au hasard et aux tâtonnements. Ainsi, les Hautes Orientations Royales ont permis de mobiliser l’ensemble des composantes du pays, donnant lieu à un réel élan patriotique face à un ennemi, certes invisible, mais nullement invincible.

À force de lutter et au prix d’immenses sacrifices consentis par tous, pouvoirs publics, populations, médecins et soignants civils et militaires, le Royaume du Maroc est parvenu à circonscrire la pandémie et à affaiblir la virulence de ce redoutable virus.




En attendant sa définitive éradication. Et pour que les Marocains s’habituent à un retour à la normale, le gouvernement a décidé il y a quelques jours, exactement le 10 novembre, d’alléger les mesures de restriction avec notamment la levée de l’interdiction des déplacements nocturnes et la reprise des activités dans certaines domaines jusque-là prohibées.

Un retour progressif à la vie normale mais dans le respect des gestes barrières et autres mesures de précaution et ce, pour éviter une nouvelle propagation du virus.

Comme cela est le cas un peu partout en Europe où les infections repartent à la hausse.

Notamment en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie ou encore en Autriche, un pays qui a imposé depuis lundi dernier un confinement pour environ 2 millions de personnes non vaccinées. Dans ce petit pays alpin dont la population se chiffre à huit millions d’âmes, il faut désormais être vacciné ou guéri pour pouvoir aller au restaurant.




Il faut désormais être vacciné pouvoir assister à des rassemblements publics ou bénéficier des services impliquant un contact corporel. Mais au Royaume du Maroc, point de répit, point de laisser-aller.

Car, il est trop tôt pour crier victoire. La guerre contre le Covid-19 est toujours déclarée et continuera avec la même ardeur et le même acharnement pour des lendemains qui enchantent.

Pour que très vite, la vie redevienne normale. Seulement voilà. La circulation du virus ne peut être stoppée que si tous les Marocaines et les Marocains respectent les mesures de précaution en vigueur et que les non-vaccinés et les personnes concernées par la troisième dose se rendent aux centres de santé mis à leur disposition pour se faire vacciner, comme cela a été souligné dans le communiqué du gouvernement annonçant l’allègement des restrictions sanitaires.

La guerre contre le Covid-19 est toujours déclarée.