Blinken et Bourita veulent renforcer les relations entre le Maroc et les États-Unis

Antony Blinken et Nasser Bourita veulent renforcer les relations entre le Maroc et les États-Unis




Le ministre marocain des Affaires étrangères a été reçu ce lundi après-midi par son homologue américain. Au cœur des échanges entre Nasser Bourita et Antony Blinken, le renforcement des relations entre le Maroc et les États-Unis.

La rencontre a eu lieu au siège du Département d’État américain. Blinken a affirmé vouloir approfondir les relations avec le Maroc. Les discussions ont également porté sur plusieurs sujets d’intérêts communs.

« Nous avons de longues relations avec le Maroc et nous voulons les approfondir », a affirmé le chef de la diplomatie américaine lors de la conférence de presse qui a sanctionné cet entretien.

Quant au ministre marocain des Affaires Étrangères, il a déclaré qu’« il est temps d’innover plus dans le partenariat entre les deux pays ». Les deux personnalités ont aussi évoqué le changement climatique, les questions régionales telles que la Libye mais aussi le dossier concernant le Sahara.

Dans une brève cérémonie d’accueil, Blinken a annoncé dans une déclaration devant les médias certains des sujets qu’il a abordé avec Bourita.




Il y a «le rétablissement des relations entre le Maroc et Israël et des démarches entreprises par les deux pays pour consolider ce processus», ainsi que la question du Sahara occidental «car nous avons maintenant un nouvel envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura».

Pour sa part, Nasser Bourita a relevé les «défis» auxquels les deux pays font face, citant particulièrement «le changement climatique», «l’extrémisme» et «la situation en Libye et en Afrique».

Ces entretiens interviennent moins de trois semaines avant la commémoration du premier anniversaire de la reconnaissance, le 10 décembre 2020, par l’administration Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara ocidental.

Un événement que le royaume souhaite convertir en occasion pour voir le président Biden confirmer solennellement la décision prise par son prédécesseur.

Pour rappel, il y a quelques jours, lors d’une interview accordée à la BBC, Blinken a botté en touche les questions insistantes de la journaliste sur la marocanité du Sahara.




Il a préféré réitérer que l’administration Biden accorde la priorité au soutien du processus de négociations mené sous l’égide des Nations unies.

«Nous sommes maintenant très concentrés sur le soutien aux efforts de l’envoyé des Nations unies Staffan de Mistura, et à un processus dirigé par l’ONU pour trouver une solution durable et digne. C’est l’objet de nos efforts», avait expliqué Blinken.

Cet entretien entre les diplomates en chef des Etats-Unis et du Maroc intervient aussi deux jours avant la visite à Rabat du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz.

Une visite très attendue par les deux parties en vue de sceller une coopération militaire forte et durable. Or, la concrétisation de cet objectif est grandement tributaire de la disposition de l’administration Biden à honorer ses engagements pris dans le cadre des accords d’Abraham.

Dans le cas du royaume, la confirmation de la marocanité du Sahara par le locataire de la Maison blanche se fait toujours attendre. Il en est de même pour l’installation d’un consulat des États-Unis à Dakhla.