Gazoduc: le Maroc entretient toujours les installations sur son territoire

Gazoduc : le Maroc entretient toujours les installations sur son territoire




Malgré la rupture du contrat Gazoduc, le Maroc assure toujours la maintenance des installations du pipeline sur son territoire, tout comme l’Algérie et l’Espagne.

« Il ne s’agit ni d’une alliance ni d’un accord signé […] C’est un travail indépendant, mais avec le même objectif : assurer que le gazoduc reste en bon état et qu’il puisse être réactivé sans problème en cas de besoin », ont indiqué des sources espagnoles du secteur au média local El Periodico de España.

Long d’environ 1 300 km, le gazoduc traverse les trois pays voisins, qui poursuivent les discussions pour un éventuel retour à la normale. Pour sa part, le Maroc assure l’entretien grâce à l’Office National des hydrocarbures et des Mines (ONHYM).




L’Office National des hydrocarbures et des Mines a fait le choix de déléguer la maintenance à Metragaz, entreprise contrôlée par l’espagnol Naturgy, et la compagnie portugaise Galp.

Le tronçon se trouvant sur le territoire algérien est maintenu par l’entreprise étatique Sonatrach. L’Espagne travaille quant à elle sur tout la partie nichée sous le détroit de Gibraltar, « aussi bien dans les eaux espagnoles que marocaines », affirment les mêmes sources.

Et d’ajouter, que des actions se mènent discrètement pour « trouver des solutions concertées. Ce qui reste pour l’heure extrêmement compliqué ces derniers mois ». Toutefois, la fermeture « n’est pas irréversible […] mais durera longtemps », rassurent-elles.