Visas français: vers une procédure accélérée pour les routiers marocains

Visas français: vers une procédure accélérée pour les routiers marocains




Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc, Chakib Alj, a échangé lundi à Casablanca avec le ministre français du Commerce extérieur, Franck Riester, en visite de travail de deux jours au Royaume du Maroc. Au menu des discussions, la question des restrictions de visas français imposées aux routiers marocains.





Au cours de la séance à laquelle ont pris part Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc et des opérateurs économiques des deux pays, Chakib Alj a fait part au ministre français des difficultés que rencontrent les entreprises marocaines, et notamment les transporteurs, suite à la décision de la France de réduire de moitié le nombre de visas accordés aux particuliers et entreprises marocains.

Comme solution à ce problème, le président de la confédération patronale a proposé la mise en place d’une procédure accélérée et plus fluide avec la Chambre française de commerce et d’industrie. Une idée qui a été approuvée par les deux responsables français.

« M. Riester et Son Excellence Mme Le Gal ont exprimé leur compréhension de la situation et se sont engagés à analyser cette situation d’un point de vue économique, afin de trouver des solutions adéquates, dans le respect des procédures administratives et sanitaires.




Pour sa part, la Confédération générale des entreprises du Maroc est disposée à accompagner et à encadrer la démarche qui sera adoptée, afin de garantir la fluidité des processus et la conformité des dossiers », a indiqué la Confédération générale des entreprises du Maroc dans un communiqué publié lundi.

Ces derniers mois, des centaines de demandes de visas de routiers marocains ont été rejetées par les consulats de France. Cette situation menace la campagne d’exportation des produits agricoles et impacte négativement le commerce et l’économie marocains.

Les routiers ont manifesté devant les consulats de France à Agadir et à Rabat pour protester contre ces rejets massifs de visas. Vendredi dernier, l’Association marocaine du transport national, international et de logistique (AMTNIL) a appelé à une suspension d’activités de 72 heures, du 21 au 23 décembre prochain, pour dénoncer ces restrictions des visas français.