Production de gaz naturel: Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l’ONEE

Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l’ONEE




Les actions de Sound Energy PLC ont augmenté ce mardi matin après l’annonce de la signature par la compagnie d’un accord de 10 ans avec l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) concernant le développement de la phase 2 de la concession de production de Tendrara.

La société énergétique cotée à Londres a déclaré que les partenaires de la concession se sont engagés à fournir des volumes annuels allant jusqu’à 350 millions de mètres cubes de gaz, avec un volume annuel d’achat ferme de 300 millions de mètres cubes, écrit Market Watch.

Le président exécutif Graham Lyon a déclaré que l’accord de vente de gaz permet à la société de progresser dans le développement du projet et sous-tend les discussions avec les partenaires financiers.

Les actions à 08h53 GMT étaient en hausse de 12%, précise-t-on. Début novembre, la ministre de la Transition énergétique et du développement durable, Leïla Benali a indiqué que la production locale de gaz du Royaume du Maroc devrait atteindre 110 millions de mètres cubes en 2021.




La ministre Leïla Benali a également indiqué que la consommation annuelle de gaz au Maroc s’élève à 1 milliard de mètres cubes. Leila Benali a ajouté que les besoins du Maroc en gaz naturel tripleraient pour atteindre 3 milliards de mètres cubes d’ici à 2040 alors que le pays se tourne vers le gaz naturel liquéfié pour stimuler sa transition bas carbone et remédier à l’approvisionnement irrégulier en énergies renouvelables.

La majeure partie de la demande marocaine étaient autrefois fournie par le pipeline Maghreb-Europe, interrompu par l’Algérie suite à l’expiration du contrat tripartite avec le royaume et l’Espagne.

À l’époque, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable ont annoncé que cette décision «n’aura dans l’immédiat qu’un impact insignifiant sur la performance du système électrique national».

Le gazoduc accordait au Maroc un droit de passage de 7% des quantités transportées, soit 700 millions de m³, qui représentaient un peu plus des deux tiers de besoins marocains importés.