Au Maroc, l’école privée réussit bien mieux que le public

Au Maroc, l’école privée réussit bien mieux que le public




Les établissements privés au Royaume du Maroc ont, en général, de meilleurs résultats que ceux du public.

Il se dégage un écart entre le niveau de performance des élèves, selon conseil supérieur de l’Éducation.

Dans son rapport 2019 contenu dans le programme national des acquis des élèves (PNEA), le conseil supérieur de l’Éducation a révélé qu’il persiste une différence entre les établissements publics et privés, précisant que les élèves du privé bénéficient d’un encadrement plus renforcé, de cours de soutien, d’un environnement social plus favorable, de diverses ressources pour leurs apprentissages.

Dans le détail, il ressort du rapport que les écoliers de 6ᵉ année de primaire et les collégiens de 3ᵉ année du collège du privé s’en sortent mieux, dans toutes les matières retenues (l’arabe, le français, les mathématiques, l’éveil scientifique, la physique-chimie et les sciences de la vie et de la terre).

Par exemple, le rapport souligne qu’en mathématiques, les écoliers des établissements privés cumulent 280 points (sur 500), contre 246 pour leurs camarades du public (soit +34 points).

Au collège, le score des élèves du privé est de 313 points, contre 247 pour ceux issus du public (+66 points).

« Si l’on se réfère aux critères de l’OCDE (l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques), cette différence équivaut à un écart de scolarité de quatre ans entre les deux secteurs », assure Rahma Bourqia, directrice de l’Instance nationale d’évaluation (INE).