L’Algérie critique l’alliance militaire entre le Maroc et Israël

L’Algérie critique l’alliance militaire maroco-israélienne




L’Algérie voit toujours d’un mauvais œil l’alliance militaire maroco-israélienne. Lors du 8ᵉ séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique qui se tient à Oran, son chef de la diplomatie, Ramtane Lamamra, a estimé que « cette alliance malsaine éloigne » le royaume de son voisin de l’Est. « L’alliance militaire maroco-israélienne reflète la jonction de deux expansionnismes territoriaux mus par la négation de l’existence même de leurs victimes spoliées de leurs droits nationaux inaliénables », a déclaré au quotidien national Crésus, le ministre algérien des Affaires étrangères. Ce dernier parle de « l’égarement des autorités marocaines » qui « met en évidence une poussée sans précédent d’un hégémonisme israélien rampant. »




Selon lui, chaque pas que les autorités marocaines font dans « cette alliance militaire malsaine les éloigne d’autant de l’Algérie et de son peuple ». « La monodiplomatie marocaine qui est figée sur le Sahara occidental et fixée sur l’Algérie ne conçoit pas que la diplomatie algérienne soit si multidimensionnelle, multifonctionnelle au service d’objectifs nobles multiples », résume Ramtane Lamamra. Le renforcement de la coopération militaire entre le Royaume du Maroc et Israël est une grande source de crainte chez l’Algérie. Lors de la visite historique du ministre israélien de la Défense à Rabat, les deux pays ont signé de nouveaux accords militaires. De quoi susciter la réaction du voisin de l’Est.




« Dès lors qu’il s’agit de la visite du ministre israélien de la Défense au Royaume du Maroc, c’est l’Algérie qui est visée », a réagi Salah Goudjil, président du Conseil de la nation algérienne. « Les ennemis se mobilisent de plus en plus pour porter atteinte à l’Algérie. Aujourd’hui, les choses sont claires avec la visite du ministre de la Défense [israélien] au Maroc, après celle effectuée par le ministre des Affaires étrangères […]. Ce dernier avait menacé l’Algérie à partir du Maroc et il n’y a eu aucune réaction du gouvernement marocain », a-t-il ajouté. Il n’a pas précisé que le gouvernement marocain ne réagit pas non plus quand c’est l’Algérie qui provoque, accuse et/ou menace le Royaume du Maroc.