Variant Omicron: le Maroc séquence tous les tests positifs à la Covid-19

Variant Omicron: le Maroc procède au criblage et séquençage de tous les tests positifs à la Covid-19




Les autorités sanitaires marocaines ont décidé de procéder au criblage et au séquençage de tous les tests positifs de la Covid-19, et ce pour permettre une détection précoce du variant Omicron et une réaction rapide en termes de prévention de sa propagation.

Pr El Mustapha El Fahim





La plateforme génomique fonctionnelle du Centre national de recherche scientifique mène actuellement une série d’opérations de suivi génomique du variant Omicron sur un certain nombre d’échantillons.

Objectif de l’étude, démontrer les liens possibles avec de nouveaux variants, et ce pour répondre aux demandes d’analyses pour détecter des souches mutantes, notamment l’Omicron, chez les personnes infectées par la Covid-19.

C’est ce qu’a révélé Pr El Mustapha El Fahim, directeur de la plateforme génomique fonctionnelle du Centre national de recherche scientifique, dans un entretien accordé au journal arabophone «Assahra Al Maghribia».

Selon l’expert, la situation épidémiologique a contraint les scientifiques à accentuer le rythme des études pour le suivi des mutations possibles du coronavirus, notamment après la recrudescence des cas d’infections dues au variant Omicron à l’échelle internationale.




Il indique dans ce sens que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé une surveillance accrue, en particulier à travers le séquençage du génome du virus, une recherche ciblée pour comprendre les dangers posés par ce variant et le renforcement des mesures d’atténuation.

C’est également l’une des recommandations de la direction de l’épidémiologie du ministère de la Santé et de la prévention sociale, indique Pr El Fahim.

«Le nombre de tests de séquençage réalisés par semaine oscille entre 68 et 100 prélèvements, compte tenu de la stabilité de la situation épidémiologique au Maroc, qui se caractérise par une diminution du nombre de cas positifs.

Quant aux cas suspects, ils sont référés directement à la lecture génomique», explique l’expert en notant que ce rythme est en conformité avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.