La France veut affaiblir les transporteurs marocains

La France veut affaiblir les transporteurs marocains




La mesure de restrictions de visa imposées par la France produit un impact négatif sur les exportations de la tomate et des primeurs marocains dont le transport est assuré par les sociétés exportatrices et les routiers marocains.

Ces derniers voient à travers cette décision une guerre économique visant à briser la concurrence des transporteurs nationaux.

Les transporteurs routiers et les sociétés exportatrices ont du mal à mener leurs activités en cette saison d’exportation des primeurs et particulièrement des tomates. En cause, la réduction de l’octroi des visas Schengen aux Marocains par les autorités françaises et d’autres pays européens.

Depuis quelques semaines, les exportations agricoles et toutes les marchandises acheminées vers l’Europe via les camions de transport international (TIR) sont bloquées.




Selon les sociétés exportatrices et les routiers marocains, cette décision française qui se justifie par le refus du Royaume du Maroc de délivrer des laissez-passer consulaires est « une guerre économique déguisée en représailles », rapporte le journal arabophone Assabah.

Ils font remarquer que la France use de subterfuges pour contraindre les sociétés exportatrices marocaines à avoir recours aux services des transporteurs routiers européens qui n’ont pas besoin de visa pour accéder à l’espace Schengen.

Ces transporteurs étaient auparavant chargés de l’acheminement des marchandises en Europe, avant que les entreprises de transport marocaines se lancent dans cette activité.

Face à la situation, les routiers marocains appellent à une mobilisation générale et à une réaction urgente de la diplomatie marocaine pour trouver une solution à ce problème.