Ryanair accusé de continuer à vendre des billets pour des vols annulés

Ryanair accusé de continuer à vendre des billets pour des vols annulés




Suite à la décision marocaine relative à la suspension de toutes liaisons aériennes pendant 15 jours à partir de lundi 29 novembre 2021 à 23h59, bon nombre de passagers se sont retrouvés bloqués au Maroc. Parmi eux, une touriste espagnole qui accuse Ryanair d’avoir traité les passagers comme des chiens. Alors qu’elle s’est rendue à Marrakech pour y passer un long week-end, Irene Varela, 33 ans, s’est retrouvée bloquée au Maroc jusqu’au jeudi 2 décembre. Elle raconte au journal El Pais qu’elle avait acheté un ticket Ryanair sur le site Web du transporteur acceptant la réservation pour un vol devant relier Agadir à l’aéroport d’Alicante-Elche mardi dernier.




Elle venait d’apprendre qu’elle ne pouvait pas prendre l’avion depuis la ville ocre. Les choses ne se passent pas comme prévu. Elle fait trois heures et demie de route jusqu’à Agadir, et apprend que son vol a été annulé. « Ryanair nous a traités comme des chiens, elle a trompé les gens. Ils ne nous ont pas informés de l’annulation du vol et ils sont obligés de le faire par e-mail », dénonce Irene Varela, ajoutant que la compagnie low cost irlandaise continuait à vendre les billets le 30 novembre, malgré l’annulation du vol. « Et le prix était beaucoup plus cher que la veille. J’ai la preuve, j’ai pris des photos des prix des billets avec mon téléphone », a-t-elle assuré.




La touriste espagnole a dû faire face à des dépenses supplémentaires, notamment les nuits supplémentaires dans les hôtels et un tarif de 339 € pour le vol d’Iberia jeudi 2 décembre au départ de Casablanca. De son côté, Ryanair n’a, pour l’instant, ni affirmé ni démenti les allégations d’Irene Varela. Cette semaine, la compagnie aérienne low cost irlandaise a annoncé la suspension de ses vols vers le Maroc jusqu’au 1ᵉʳ février en raison d’un « manque de clarté » de la part du gouvernement marocain. Elle précisera que les annulations avaient déjà affecté 160 000 clients et que la suspension des vols concernerait 230 000 passagers jusqu’en février.