Espagne: une marocaine rencontre ceux qui lui ont sauvé la vie 17 ans plus tôt

Espagne: une marocaine rencontre ceux qui lui ont sauvé la vie 17 ans plus tôt




Imane, une jeune Marocaine qui souffrait de la tétralogie de Fallot, avait été opérée en 2006 dans un hôpital de Valence grâce à l’ONG ADRA. Elle n’avait que deux ans et demi.

Aujourd’hui, dix-sept ans plus tard, elle rencontre ceux qui lui ont sauvé la vie. En 2005, un contact de l’ONG ADRA au Royaume du Maroc a soumis le cas d’Imane à l’équipe médicale de Valence.

Son cœur avait quatre anomalies congénitales et son espérance de vie était inférieure à 10 ans. Sa famille n’ayant pas les moyens de la faire opérer, l’association a lancé les démarches pour lui faire subir une intervention chirurgicale à Valence.

« En 2006, grâce à la Generalitat Valenciana, à l’Hôpital la Fe et plus particulièrement à l’unité de chirurgie cardiaque pédiatrique et de chirurgie cardiovasculaire, Imane a subi une intervention chirurgicale, et ce fut un succès.

Ils ont donné une nouvelle vie », a déclaré Peregrín Asensi à Levante-EMV. Avec le soutien du Centre islamique de Valence et d’ADRA Morvedre, Imane et sa mère « ont bénéficié de l’affection nécessaire » pendant leur séjour d’un mois et demi, a-t-il ajouté.




Aujourd’hui âgée de 18 ans, la jeune femme s’est rendue récemment à Sagunto pour assister aux festivités du 25ᵉ anniversaire d’ADRA Morvedre.

Elle a profité pour faire un bilan de santé à l’hôpital de Valence. Le constat du Dr Javier Chorro qui l’a examiné est rassurant : la santé coronarienne d’Imane « est très bonne ».

« Nous sommes très heureux parce que son cœur est en pleine forme », s’est-il réjoui. Imane, qui s’apprête à entrer à l’université, est enthousiaste de s’inscrire en économie et compte bien créer plus tard sa propre entreprise. Elle a renouvelé ses mots de gratitude envers l’équipe qui lui a redonné un nouveau souffle.

« Je suis très heureuse de vous connaître, vous les volontaires qui m’avez sauvé la vie et dont ma mère m’a parlé sur chaque photo que j’ai vue », a-t-elle déclaré.

« Ce qui me frappe, c’est la façon dont ils me traitent, alors qu’ils m’ont connue quand je n’étais encore qu’un enfant. Leur intérêt pour moi et leur joie en me voyant, génère en moi un sentiment indescriptible », a précisé Imane, toute émue.