(Vidéos) Décès de Pierre Rabhi, figure de l’agroécologie

(Vidéos) Décès à 83 ans de Pierre Rabhi, écrivain et figure de l’agroécologie




Pierre Rabhi a marqué de son empreinte la pensée écologiste et était une référence pour de nombreuses personnalités: l’écrivain et philosophe Pierre Rabhi, pionnier de l’agro-écologie en France et cofondateur du mouvement Colibris, est décédé samedi à l’âge de 83 ans.

Auteur notamment de « Vers la sobriété heureuse », plaidoyer sur la « joie de vivre dans la simplicité », vendu à plus de 460.000 exemplaires, ce militant de la cause écologiste est mort samedi des suites d’une hémorragie cérébrale, a indiqué à l’AFP son fils, Vianney.

Ce pionnier du néo-ruralisme, né en 1938 aux portes du Sahara algérien, s’était installé en 1961 dans une ferme en Ardèche.

Il restera comme l’un des pionniers de l’agroécologie – pratique agricole visant à régénérer le milieu naturel en excluant pesticides et engrais chimiques. Une méthode appliquée dès les années 1980 en Afrique sub-saharienne.




Il effectuera par ailleurs de nombreux séjours en Afrique sub-saharienne. « Les colibris et l’écologie sont en deuil », a réagi La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) sur Twitter.

Pierre Rabhi avait choisi ce petit oiseau pour illustrer sa philosophie en se fondant sur une légende amérindienne (voir vidéo ci-dessous): face à un incendie dans une forêt, le colibri « s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu », suscitant des sarcasmes de la part des autres animaux.

« Je le sais, mais je fais ma part », répondait-il dans cette légende que Rabhi ne cessait de conter. Grand admirateur de Socrate, Pierre Rabhi disait que « chaque être humain doit tenter de se connaître de façon à se changer positivement ».

« Parfois présenté comme un technicien, il s’intéressait à l’intériorité des gens », a souligné son fils Vianney. « Il a touché de nombreuses personnes ».