Le Maroc poursuivra son action pour l’adaptation du maintien de la paix aux contextes opérationnels du 21è siècle

Le Maroc poursuivra son action pour l’adaptation du maintien de la paix aux contextes opérationnels du 21ème siècle (M. Bourita)




Le Royaume du Maroc entend poursuivre son action pour le renforcement et l’adaptation du maintien de la paix aux contextes opérationnels du 21ème siècle, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Nasser Bourita





Intervenant, par visioconférence, à la 4ème Conférence ministérielle sur le Maintien de la Paix (qui s’est tenue à Séoul), M. Bourita a souligné les engagements du Royaume dans cinq aires d’action à savoir : “Capacités médicales”; “Sûreté et sécurité du personnel en uniforme”; “Digitalisation”; “Formation” et “Agenda Femmes, Paix et Sécurité”.

L’engagement du Maroc en faveur du maintien de la paix est “permanent et constant” et ce depuis son indépendance, a soutenu M. Bourita lors de la Conférence ministérielle de 2021, organisée par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense Nationale de la République de Corée du Sud.

La Conférence ministérielle des Nations Unies sur le maintien de la paix est une conférence de suivi du Sommet des dirigeants des Nations Unies sur le maintien de la paix en 2015.

“Faisant siens les idéaux de la Charte des Nations Unies, le Royaume a contribué depuis 1960 à quinze Opérations de Maintien de la Paix mandatées par le Conseil de sécurité de l’ONU, et déploie aujourd’hui environ 1.700 Casques Bleus au sein de trois Opérations”, a poursuivi le ministre.

Relevant qu’à la croisée des chemins, le Maintien de la Paix de l’ONU se déploie aujourd’hui dans un contexte chargé de défis, auxquels est venue s’ajouter la pandémie de la COVID-19, il a fait remarquer qu’aux opérations classiques se sont greffées les opérations multidimensionnelles, témoignant de la complexité croissante de la conflictualité et de la mutation du continuum prévention des conflits, gestion des crises, maintien de la paix, et consolidation de la paix.




“L’expansion des mandats des Opérations de Maintien de la Paix ne saurait éclipser l’impératif de l’instauration d’une véritable culture de la performance.

La valeur de ces Opérations ne se jauge que par l’atteinte de solutions politiques, indicateur par excellence de leur efficacité”, a-t-il enchaîné. Il a, dans ce sens, noté que les mutations contemporaines du Maintien de la Paix sont le reflet de l’installation d’un nouveau paradigme holistique de la pérennisation de la paix, articulé autour de trois principes fondamentaux.

Le premier de ces principes est que “la paix n’est pas un état mais un processus. Elle ne se résume pas à l’absence de conflit armé, mais bien au traitement des causes profondes des conflits”, a explicité M. Bourita. Le 2ème réside dans le fait que le succès d’une Opération de Paix est tributaire de la planification d’une stratégie de sortie de crise, avant même l’arrivée des premiers Casques Bleus.

Le 3ème principe consiste en le fait que “la paix ne saurait être pérenne qu’à la condition de capacités suffisantes des Etats-hôtes des Opérations de Maintien de la Paix”, a-t-il poursuivi.

“Aujourd’hui, le maintien de la paix connaît une inflation de tâches interdépendantes, une demande forte de coordination entre des intervenants de plus en plus nombreux, tant sur le terrain qu’à l’ONU, et un besoin accru en termes de ressources humaines et financières”, a signalé M. Bourita.

Le maintien de la paix est également tributaire de la sécurité et de la sûreté du personnel en uniforme, confrontées à de nombreuses menaces classiques et émergentes.




Dont celles liées aux discours de haine contre les Casques Bleus. C’est ce qu’a assuré le ministre, soutenant que “plus que jamais, l’ONU est appelée à préserver le Maintien de la Paix de ce fléau insidieux”.

Le ministre a estimé que le microcosme de l’environnement francophone, qui concentre la moitié des Opérations de Maintien de la Paix de l’ONU, illustre parfaitement ces défis.

Pour cette raison, M. Bourita a annoncé que le Royaume du Maroc organisera, avec la France et l’ONU, la Deuxième Conférence Ministérielle sur l’ONU et le Maintien de la Paix en Environnement Francophone, dès que la situation sanitaire le permettra.

Revenant sur l’importance de l’organisation de cette Conférence, malgré les défis de la situation sanitaire mondiale, le ministre a précisé que l’esprit de cette rencontre, basé sur une approche orientée vers les résultats, est “pertinent, éprouvé et prometteur”.

“Pertinent, dans le contexte de l’urgente nécessité d’accélérer la réforme du maintien de la paix; éprouvé, au vu du succès des trois premières Conférences de ce processus ; et prometteur, car il répond à un besoin grandissant d’actions concrètes pour la mise en œuvre de l’Initiative Action pour le Maintien de la Paix du Secrétaire Général de l’ONU, que le Maroc fût parmi les premiers États Membres à soutenir, conformément aux Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI”, a-t-il expliqué.

Et M. Bourita de conclure que “les États membres ont fait preuve d’un esprit de créativité qui a présidé à la création, il y a soixante-trois ans, de la première Opération de Maintien de la Paix.




Ces mêmes États membres doivent faire preuve du même esprit dans le cadre des efforts menés dans cette opération de réforme de cet outil fondamental de la paix et de la sécurité internationale”.

La 4ème Conférence ministérielle sur le Maintien de la Paix, qui se déroule à Séoul sous un format virtuel, en raison des développements de la situation sanitaire mondiale, réunit plus de 700 participants de 155 pays, dont des ministres des Affaires Étrangères et de la Défense, des Chefs d’Organisations Internationales, des universitaires et des journalistes.

Elle a pour objectif de renforcer le maintien de la paix des Nations Unies, notamment en améliorant les performances et l’impact des opérations de maintien de la paix des Nations Unies conformément à l’initiative Action pour le maintien de la paix (A4P).

Pour ce faire, la Conférence ambitionne de combler les lacunes en matière de capacités grâce à des engagements concrets, notamment en facilitant de nouveaux partenariats durables tout en renforçant ceux qui existent déjà.

Cette Conférence ministérielle est conçue pour recueillir le soutien politique de la communauté internationale aux opérations de maintien de la paix, identifier les nouveaux engagements des pays à renforcer les opérations de maintien de la paix et évaluer la mise en œuvre de ces engagements.

À l’ordre du jour figure l’examen de thématiques portant sur la “Pérennisation de la paix”; la “Performance et responsabilité” ; “Partenariats, formation et renforcement des capacités” et “Protection des civils et sûreté et sécurité”, ainsi que sur le “Renforcement des capacités technologiques et médicales”.